Vous avez besoin d’aide ?
Appelez-nous
Appelez-nous gratuitement au :
09.74.75.25.76
du lundi au vendredi de 9h à 18h.
Appelez maintenant

Nos articles et conseils

Découvrez tous les renseignements dont vous avez besoins pour vous guider dans vos démarches

Nos articles

découvrez tous les articles concernant votre situation

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Handicap
Travail : quelles aides pour la reconnaissance et l’inclusion de votre handicap en entreprise
Zoomons ensemble sur les démarches à enclencher et l’ensemble de vos droits liés au secteur professionnel.

Votre perte d’autonomie physique, sensorielle et/ou psychique est avérée et vous pensez faire reconnaître votre situation de handicap ? Quelles aides existent pour vous accompagner dans ce processus ? Zoomons ensemble sur les démarches à enclencher et l’ensemble de vos droits liés au secteur professionnel.

Le travailleur est considéré comme handicapé quand « les possibilités d’obtenir ou de conserver un emploi sont effectivement réduites par suite de l’altération d’une ou plusieurs fonctions physique, sensorielle, mentale ou psychique », selon l’article L5213-1 du Code du travail.

Que votre perte d’autonomie soit visible ou invisible(1), voici la première étape à effectuer pour que votre situation de handicap soit considérée : la demande de reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH)(2). Pour avoir accès à cette dernière, un formulaire doit être déposé auprès de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). Cliquez sur ce lien pour prendre connaissance des modalités de demande d’aides auprès de l’Agefiph.

Cette démarche est indispensable pour accéder aux aides et services de l’Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées (Agefiph), dédiés au maintien dans l’emploi ou à la recherche d’un travail.

Accès aux aides

  • Cliquez sur ce lien pour prendre connaissance des modalités de demande d’aides auprès de l’Agefiph.
  • Vous pouvez aussi contacter la CPAM ou la MSA ;
  • En attendant donc l’obtention de la RQTH, après avoir constitué votre dossier de demande de RQTH auprès de la MDPH donc, vous pouvez prendre connaissance des aides auxquelles vous pourrez prétendre, sur le site Ameli.fr et sur le site du Secrétaire d’Etat chargé des personnes handicapées.

Avec les différents dispositifs liés à la RQTH, place à l’insertion professionnelle, la formation, l’aménagement des horaires et conditions de travail ou l’accès aux dispositifs techniques :

  • Aide au parcours vers l’emploi pour soutenir les personnes handicapées au sein de leur parcours professionnel. Cliquez ici pour en savoir plus ;
  • Aide à la création d’activité. Cliquez ici et pour en savoir plus ;
  • Aide à la formation individuelle dans le cadre d’un parcours vers l’emploi. Cliquez ici pour en savoir plus ;
  • Aide permettant de participer aux défraiements des stagiaires suivant des formations courtes(3). Cliquez ici pour en savoir plus ;
  • Aide technique : achats d’équipements spécifiques en compensation du handicap. Cliquez ici pour en savoir plus ;
  • Aide aux déplacements : aménagement du véhicule et des surcoûts liés au transport. Cliquez ici pour en savoir plus ;
  • Aide humaine : intervention d’un tiers pour aider à la réalisation de tâches professionnelles (preneur de notes, lecteur). Cliquez ici pour en savoir plus ;
  • Aide aux déficients auditifs et accès aux audioprothèses. Cliquez ici pour en savoir plus ;
  • Aide soutien à la formation Inclu’Pro formation. Cliquez ici pour en savoir plus.

L’Agefiph vous donne aussi accès à un accompagnement par Cap emploi. Un référent vous y accompagne notamment dans la recherche et de la maintien dans l’emploi, l’orientation vers les aides et dispositifs. Enfin, en cas de licenciement ou si votre contrat de travail était amené à être rompu, la durée de votre préavis de départ peut être doublée si vous bénéficiez de la RQTH.

Vous pouvez également faire la demande d’aide liée à la Reconnaissance de lourdeur du handicap (RLH), uniquement si vous n’êtes pas salarié(e). Si vous êtes salarié(e), votre employeur devra assurer lui-même cette démarche. Elle est nécessaire pour bénéficier de l’aide à l’adaptation des situations de travail, soit la compensation des surcoûts liés à votre handicap quand ils sont engagés sur le long terme. Cliquez sur ce lien pour tout savoir sur la RLH pour accéder aux démarches en ligne.

Obligation d’emploi, fonction publique

La RQTH donne également accès à :

  • l’obligation d’emploi, dispositif en vigueur depuis le 1er janvier 2020 pensée pour mobiliser tous les employeurs autour de l’inclusion professionnelle des personnes en situation de handicap ;
  • la fonction publique par concours, aménagé ou non, ou par recrutement contractuel spécifique

RESSOURCES :

Vous souhaitez en savoir plus sur :

ANNUAIRES :

Vous souhaitez entrer en contact avec les structures et professionnel(le)s engagé(e)s dans l’inclusion professionnelle du handicap  ? C’est par ici :

Cliquez sur ce lien pour accéder à l’annuaire général monparcourshandicap ;

Cliquez sur ces pages de l’action sociale et de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie CNSA pour accéder aux annuaires des MDPH ;

Cliquez sur ce lien pour accéder à l’annuaire des antennes Agefiph.

Lire l'article
Aidants
Seniors
Sécuriser le maintien à domicile d'un senior grâce à la téléassistance
La téléassistance pour senior constitue un dispositif de choix pour faciliter votre vie d'aidant...

Sécuriser le maintien à domicile d'un senior grâce à la téléassistance

Mettant la technologie au service de la sécurité des personnes âgées et de l'aide au maintien à domicile, la téléassistance pour senior constitue un dispositif de choix pour faciliter votre vie d'aidant. Ce système électronique permet d’intervenir rapidement pour offrir à votre proche âgé le soutien dont il a besoin en cas de problème. Grâce à sa facilité d’utilisation et à la disponibilité permanente des téléassistants, les seniors peuvent continuer de vivre chez eux sereinement et en toute sécurité.

Qu’est-ce que la téléassistance pour senior ?

La téléassistance pour senior, ou téléalarme, est un service d’assistance à distance destiné aux personnes âgées. Elle permet à votre proche âgé d’entrer en contact avec un téléopérateur 24h/24 et 7j/7 et de le prévenir rapidement en cas d’incident (chute, malaise, souci de santé…), de jour comme de nuit.

Le système comporte plusieurs éléments :

  • Le boîtier de téléassistance : il assure un contact direct avec des conseillers sans utiliser de téléphone.
  • Le bouton d’alarme que votre proche âgé doit porter sur lui : il peut s’agir d’un collier doté d’un médaillon, d'un bracelet, d'une montre au poignet ou d'un porte-clé.
  • Un visiophone ou une caméra si vous avez opté pour un dispositif de téléassistance vidéo.

En utilisant la téléassistance pour senior, votre proche dépendant n’aura qu’à appuyer sur le bouton d’alarme en cas de chute, d’effraction ou pour signaler un incident relatif à sa santé et sa sécurité. Un téléopérateur est aussitôt averti et entre en contact avec lui pour lui parler. Cet assistant évaluera la situation et agira en conséquence : il peut conseiller votre proche âgé, vous appeler ou informer un voisin ou les secours selon le contexte.

Pour mettre en place la téléassistance pour senior chez vous ou chez votre proche âgé, vous pouvez souscrire un abonnement auprès d’un prestataire professionnel privé, qui se charge à la fois de la fourniture du matériel et de son installation. Pour découvrir des offres de téléassistance intéressantes, n'hésitez pas à remplir notre questionnaire.



Quels dispositifs pour sécuriser le maintien à domicile d'un senior ?

Des systèmes performants sont disponibles, avec diverses options complétant le dispositif de base afin d'optimiser la sécurité.

La visioassistance

Grâce à une caméra, le téléassistant, tout comme vous-même, a la possibilité d’établir un contact visuel avec votre proche. Vous pouvez également lui parler pour créer du lien et le rassurer.

Le dispositif alerte aussi immédiatement la centrale en cas de mouvement inhabituel, par exemple s’il détecte la présence d’un animal étranger ou si votre proche âgé reste anormalement absent ou immobile.

La téléassistance intuitive

Installé avec la téléassistance pour senior, ce dispositif enregistre les mouvements de votre proche pendant plusieurs jours. Le détecteur de mouvements n'est pas équipé d'une caméra, mais utilise des capteurs l'infrarouge, ce qui permet de détecter une présence anormalement longue dans la salle de bains par exemple, ou une absence de mouvement prolongée.

Le détecteur de chutes

Les seniors de plus de 65 ans ont un risque plus élevé de faire une chute accidentelle. En France, on compte près de 400 000 chutes par an. Elles sont la première cause de mortalité chez les personnes âgées, soit environ 12 000 décès par an. Ce dispositif détecte automatiquement les chutes lourdes pour alerter la centrale de téléassistance. En effet, contrairement aux chutes molles où la personne tombe progressivement et peut encore freiner sa chute en s’accrochant à un meuble par exemple, les chutes lourdes sont associées à un choc rapide et brutal contre le sol.

La téléassistance mobile

Votre proche âgé possède une bonne autonomie, mais craint toutefois de se perdre ou se mettre en danger en sortant de la maison ? Sachez qu’il existe un dispositif de téléassistance nomade pour que vous puissiez l’accompagner dans ses déplacements. Avec la géolocalisation et le bouton d’appel, vous pouvez immédiatement savoir où se trouve votre proche dépendant lorsqu’il aura donné l’alarme. Il est donc facile de partager les instructions utiles ou de lui apporter l’aide nécessaire pour qu’il puisse aisément rentrer à la maison.


Quel budget prévoir pour une solution de téléassistance senior ?

Le tarif varie d’un prestataire à l’autre, avec une fourchette plus ou moins élevée selon le type de dispositif que vous souhaitez installer : téléassistance à domicile classique, dispositif nomade, visioassistance, etc.

Il existe des aides disponibles pour financer la téléassistance pour senior. En souscrivant une offre de téléassistance, vous pouvez selon les cas bénéficier d’un crédit d’impôt de 50 %. Vous pouvez donc, par exemple, réduire de moitié le coût mensuel de votre abonnement. Si votre proche âgé est éligible à l’Allocation personnelle d’autonomie (APA), vous pouvez l’utiliser pour financer une partie du coût de la téléassistance.


Lire l'article
Aidants
Seniors
Handicap
Tout savoir sur les sociétés de transport pour personnes à mobilité réduite et personnes âgées
Les sociétés de transport pour personnes à mobilité réduite interviennent auprès des personnes en situation de handicap, mais également auprès des personnes en perte d'autonomie.

Quel est le rôle des sociétés de transport pour personnes à mobilité réduite ?

Les sociétés de transport pour personnes à mobilité réduite interviennent auprès des personnes en situation de handicap, mais également auprès des personnes en perte d'autonomie. Elles assurent leurs déplacements dans le cadre de sorties nécessaires ou destinées aux loisirs :

  • courses
  • rendez-vous médicaux
  • trajets vers un centre d'accueil de jour
  • visite à des membres de la famille ou des amis
  • trajets vers la gare ou l’aéroport
  • fréquentation de lieux de culte ou de loisirs
  • etc.

Quels types de prestations offrent les sociétés de transport de personnes handicapées ?

Les sociétés de transport de personnes à mobilité réduite proposent des prestations de transport privé, dans des conditions sécurisées et adaptées à la situation de votre proche. Elles disposent de taxis classiques, mais aussi de véhicules dotés d'une rampe d'accès pour les fauteuils roulants. Les conducteurs sont formés aux besoins spécifiques des personnes handicapées ou âgées.

La plupart des entreprises de transport de personnes à mobilité réduite offrent des prestations flexibles. Il est possible de réserver un trajet porte-à-porte vers un lieu proche, ou un aller-retour entre le domicile et une ville éloignée. La prise en charge et le retour à l'intérieur du logement sont généralement proposés. Certaines sociétés se déplacent jusque tard en soirée. Le service peut s'accompagner d'une aide à la personne handicapée ou âgée, qui diffère suivant l'objet de la sortie :

  • aide au chargement et au déchargement des courses
  • accompagnement jusque dans le train ou jusqu'aux contrôles de sécurité de l'aéroport
  • aide au port des bagages
  • visite à des membres de la famille ou des amis
  • aide à l'habillage et à la fermeture de la porte d'entrée
  • assistance tout au long de l'activité culturelle
  • etc.

Le transport des personnes à mobilité réduite ou âgées et les prestations d'accompagnement associées peuvent se faire de manière individuelle ou collective.

Quel budget compter pour faire appel à une entreprise de transport de personnes à mobilité réduite ?

Les entreprises de transport de personnes à mobilité réduite peuvent pratiquer une facturation à l'heure, au kilomètre, au forfait, etc. Elles proposent souvent des formules d'abonnement, qui vous permettront d'obtenir un tarif moins élevé à la course si les déplacements de votre proche sont réguliers. Si vous optez pour un transport collectif, le prix des trajets sera également moins élevé. Les prestations d'accompagnement et d'assistance (port des courses, accompagnement jusqu'à l'intérieur du domicile, etc.) peuvent être intégrées au tarif de la course ou facturées en supplément. Les trajets de nuit ou durant le weed-end peuvent faire l'objet d'une majoration.

Existe-t-il des aides pour financer le transport d'une personne à mobilité réduite ou âgée ?

Des aides existent pour financer les services d'une société de transport pour personnes à mobilité réduite. Le coût lié aux sorties de votre proche pourra notamment être pris en charge au titre de l'Allocation personnalisée d'autonomie (APA) ou de la Prestation de compensation du handicap (PCH). Ces dispositifs, destinés à couvrir tout ou partie des dépenses nécessaires au maintien à domicile de votre proche en perte d'autonomie, sont versés par le département.

Certaines caisses de retraite et certaines mutuelles proposent des aides au financement des prestations de transport privé. Les collectivités territoriales et les services sociaux peuvent aussi accorder des aides complémentaires. Vous pourrez obtenir plus de détails en vous adressant aux organismes dont dépend votre proche, au centre communal d'action sociale (CCAS) ou au centre local d’information et de coordination (CLIC) de sa commune, ou encore à la maison départementale des personnes handicapées (MDPH).

Nous sommes également à vos côtés pour vous aider à organiser le quotidien de votre proche âgé ou en situation de handicap. Remplissez notre questionnaire pour accéder à nos solutions pratiques et trouver un établissement de service à la personne. Les conseillers de notre Cellule d’Aidance se tiennent à votre disposition pour vous orienter au sein de notre offre.

Votre proche a besoin d'être amené à l'hôpital pour recevoir des soins ou passer des examens ? Dans ce cadre, vous pourrez réserver un véhicule de transport sanitaire. Lorsqu'il est prescrit par un médecin, le transport médical peut être remboursé par l'Assurance maladie.

Lire l'article
Aidants
Seniors
Handicap
Tout savoir sur les aides pour l'aménagement de la salle de bain des personnes âgées ou dépendantes
L’aménagement de la salle de bain des personnes âgées en perte d’autonomie est d’une grande importance...

L’aménagement de la salle de bain des personnes âgées en perte d’autonomie est d’une grande importance pour leur maintien à domicile. En effet, une baignoire adaptée, une douche de plain-pied ou un meilleur éclairage ne réclament pas toujours beaucoup d’investissement. De plus, l’aménagement ou la rénovation d’une salle de bain pour un senior vous ouvre droit à des aides sociales et financières de l’Agence nationale de l’habitat (ANAH), à un crédit d’impôt et à d’autres allocations.  

Quel est l'enjeu de l'aménagement d'une salle de bain pour une personne âgée ?

L’aménagement d’une salle de bain adaptée aux personnes âgées permet d’assurer le maintien à domicile plus longtemps.

L’objectif principal d’une telle démarche est de gagner en sécurité. En installant des barres d’appui, des accessoires antidérapants et un siège, et en intensifiant l’éclairage, la personne âgée peut continuer à accomplir les gestes du quotidien sans risque pour sa santé. Ensuite, on peut ajouter des éléments de confort qui donneront envie à la personne de prendre soin d’elle.


Combien coûte l'aménagement d'une salle de bain pour une personne âgée ?

Pour l’aménagement d’une salle de bain pour personne âgée, le budget à prévoir dépend de nombreux éléments, comme les travaux à faire, l’état de l'installation actuelle, les désirs de la personne en matière de design et de finitions ou encore les options choisies.

Par exemple, si la salle de bain est équipée d’une douche à l’italienne, les modifications à effectuer sont minimes. Il suffit la plupart du temps d’installer des barres d’appui et de rendre le sol antidérapant. A contrario, si la pièce dispose d’une baignoire traditionnelle, il est le plus souvent nécessaire de la remplacer par une baignoire spéciale munie d’une porte ou par une douche de plain-pied. Le budget pour une baignoire à porte seule peut s’élever à 6 000 € environ.

Heureusement, il est possible de bénéficier de certaines aides pour aménager une salle de bain pour une personne âgée ou dépendante.


Comment bénéficier des aides de l'ANAH pour rénover une salle de bain pour senior ?

Qu'est-ce que l'ANAH ?

L’ANAH est l’Agence nationale de l’habitat, un organisme de l’État chargé d’accorder des aides financières pour des travaux sous conditions à des propriétaires et locataires en difficulté. Le dispositif Habiter Serein peut vous aider à financer jusqu’à 50 % du montant total des travaux HT de rénovation d’une salle de bain, dans la limite de 25 000 €.

Pour bénéficier de cette aide, vous devez en faire la demande directement auprès de l’ANAH, soit par téléphone, soit en remplissant un formulaire en ligne sur le site internet de l’organisme. Elle est soumise à des conditions de ressources et autres :

  • Le logement doit avoir été construit pendant les 15 ans qui précèdent la demande d’aide.
  • Ce doit être une résidence principale, que la personne soit locataire ou propriétaire.
  • Les travaux doivent être engagés pour du gros œuvre ou de nouvelles installations. Vous ne pouvez par exemple pas demander d’aide pour des rénovations que vous entreprenez vous-même, sauf si un professionnel vous accompagne.
  • Le montant total doit s’élever à 2 000 € minimum.

Les autres aides disponibles

L’État a également mis en place d’autres types d’aides à destination des particuliers prévoyant des travaux ayant pour objectif de faciliter le maintien à domicile des personnes âgées non autonomes et à mobilité réduite.

Vous pouvez notamment bénéficier d’un crédit d’impôt de 25 % du montant total TTC des travaux. Attention, si vous choisissez d’y faire appel, les aides financières de l’ANAH ne sont pas cumulables avec ce type de subvention.

Depuis septembre 2019, Action Logement propose une aide financière pouvant aller jusqu'à 5 000 € pour aider les seniors. Si vos proches ont plus de 70 ans et qu’ils sont retraités du secteur privé, ils peuvent toucher une prime pour les aider à installer une douche à l’italienne en lieu et place de leur baignoire traditionnelle.

Nous avons consacré un article aux aides disponibles pour les séniors et leurs aidants concernant le maintien à domicile. N’hésitez pas à le consulter avant vos prochaines démarches. Vous pouvez également remplir notre formulaire ou entrer en contact avec notre Cellule d'Aidance pour savoir comment nous pouvons vous apporter une aide pratique ou un accompagnement sur la question.


Lire l'article
Handicap
Tout savoir sur les handicaps visibles et invisibles
Faisons le point sur les deux formes de handicap, dites visibles ou invisibles.

Sur les 12 millions de Français en situation de handicap, certain(e)s souffrent d’une perte d’autonomie physique. Pour d’autres, le retentissement est d’ordre psychique, sensoriel ou cognitif. Faisons le point sur ces deux formes de handicap, dites visibles ou invisibles.

 

Aujourd’hui, 1 Français sur 6 est en situation de handicap

Parmi les handicaps dits visibles, on trouve les atteintes d’ordre physique. Certains de ces cas peuvent relever de maladies neurodégénératives[1]. Une déficience motrice[2] va, elle, recouvrir « l’ensemble des troubles (dextérité, paralysie, …) pouvant entraîner une atteinte partielle ou totale de la motricité, notamment des membres supérieurs et/ou inférieurs(difficultés pour se déplacer, conserver ou changer une position, prendre et manipuler, effectuer certains gestes) », rapportent les spécialistes du Comité national Coordination Action Handicap.

En France, « 1,5% de la population française adulte est atteinte de troubles moteurs isolés, soit environ 850 000 personnes ». Dans l’hexagone, « 45% des personnes se déplacent en fauteuil roulant, et 50% sont dépendantes pour les actes essentiels de l’existence ».

 

Les handicaps invisibles touchent 9,6 millions de Français

Au total, 80 % des 12 millions de personnes en situation de handicap - soient 9,6millions - vivent avec une forme de handicap invisible, survenue à l’âge adulte ou jeune adulte. Il s’agit de handicaps non détectables. Les sphères psychique, sensorielle et cognitive peuvent être touchées, et la qualité de vie impactée. L’incapacité, l’invalidité et plus globalement la perte d’autonomie peuvent être permanentes ou non.

 

Autisme, TDAH, syndrome dys : « il peut s'agir d'atteintes liées à une maladie invalidante (sclérose en plaques, fibromylagie...), d'un trouble sensoriel, psychique, cognitif, de crises d'épilepsie », détaille l’APF France Handicap. Ou encore de déficience visuelle[3],auditive[4],intellectuelle[5], de troubles mentaux comme la bipolarité. Le handicap invisible peut être associé à la neuroatypie. Ce terme regroupe notamment « l’autisme, le trouble du déficit et de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), la douance, la dyslexie, la dyscalculie, le syndrome de Gilles de la Tourette[6] », rapportent les spécialistes de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréées.

 

Dans l’opinion publique, le raccourci est rapidement fait entre ce qui ne se voit pas et ce qui n’existe pas. « Trop souvent, les handicaps invisibles sont incompris, minimisés, niés : ainsi, nombreuses sont les personnes concernées qui doivent faire face à des situations injustes ou à des remarques déplacées. » Des symptômes liés au handicap et aussi impactant que la fatigue peuvent ainsi ne pas être écoutés.

Au quotidien, la personne peut éprouver des troubles de l'interaction avec son entourage sans que ce dernier comprenne qu'il s'agit d'un handicap. En plus d’être difficile à vivre, les handicaps invisibles ne sont pas reconnus en tant que tel, ce qui peut engendrer « une réelle détresse psychologique »,complète le site de l’Observatoire de la Santé.

 

Les bienfaits collectifs de l’inclusion du handicap au travail :

Dans ces conditions, l’accès à l’emploi reste difficile, compte tenu, notamment, du fait d’une perte d’autonomie mal intégrée dans la sphère professionnelle. Dans le cas des handicaps invisibles, certaines personnes vont d’ailleurs garder secret leur handicap de peur d'être licenciées si elles se confient auprès de leur employeur. Pour autant, elles sont tout à fait en droit de demander la Reconnaissance de Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH)[7] afin de bénéficier, par exemple, de mesures d’aménagement de poste[8]. La méconnaissance des recruteurs face à la question du handicap qui ne se voit pas peut aussi constituer un frein à l’intégration et à l’autonomie dans le travail.

Pourtant, l’inclusion du handicap et « de la neurodiversité dans l’emploi est une solution gagnante pour les entreprises. ». Les mesures prises pour adapter le poste à l’intégration et au maintien dans l’emploi de personnes en situation de handicap pourraient ainsi servir à l’entreprise dans son intégralité. De quelles mesures parle-t-on ? Par exemple de la flexibilité des horaires, l’explication des instructions, l’accès au télétravail, les pauses supplémentaires ou des bureaux calmes.

 

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), « est handicapée toute  personne dont l’intégrité physique ou mentale est passagèrement ou définitivement  diminuée, soit congénitalement, soit sous l’effet de l’âge ou d’un accident,  en sorte que son autonomie, son aptitude à fréquenter l’école ou à occuper un  emploi s’en trouvent compromises ». A l’échelle mondiale, le nombre de  personnes handicapées ne cesse d’augmenter, ce qui s’explique en partie  « par le vieillissement des  populations et par l’augmentation de la prévalence des maladies chroniques ». 

 

RESSOURCES

Vous souhaitez en savoir plus sur :

ANNUAIRES 

Vous souhaitez entrer en contact avec les structures et professionnel(le)s engagé(e)s dans l’inclusion professionnelle du handicap  ? C’est par ici :

  • Cliquez sur ce lien pour accéder à l’annuaire général monparcourshandicap.gouv.fr ;
  • Cliquez sur ce lien pour accéder à l’annuaire des antennes Agefiph.


Lire l'article
Hospitalisation
Tout savoir sur les consultations préopératoires et comprendre leur importance
La chirurgie est souvent l'un des traitements possible pour une maladie particulière...

La chirurgie est souvent l'un des traitements possible pour une maladie particulière. Que vous subissiez ou non une intervention chirurgicale dépend de nombreux facteurs, dont l'âge, la présence ou l'absence d'autres maladies, votre état de santé et vos souhaits.

Par conséquent, il y a toujours une évaluation préopératoire. On évalue si l’opération est souhaitable, si les avantages sont suffisamment significatifs en termes de qualité de vie attendue et si une sécurité suffisante peut être garantie pendant et après la chirurgie.

Le risque chirurgical est déterminé par l'état physique et psychologique de la personne concernée, le type de maladie et son traitement, et l'anesthésie. Sur la base de cette évaluation, le patient est préparé de manière optimale pour l’opération.

Comment se déroule la consultation préopératoire ?

Le médecin pose des questions détaillées et procède à un examen clinique approfondi.

Le médecin généraliste a connaissance de toutes les données médicales pertinentes. Il est le mieux placé pour évaluer l'état du patient. Il informe l'équipe chirurgicale et l'anesthésiste.

Par conséquent, ces derniers peuvent également évaluer correctement le risque chirurgical. Sur la base des antécédents médicaux et de l'examen physique, les scores de l'ASA (American Society of Anesthesia) sont utilisés pour classer les personnes en fonction de leur condition physique :

  • ASA 1 : patient normal, en bonne santé, non-fumeur, ne consommant pas ou peu d’alcool ;
  • ASA 2 : patient avec maladie légère qui est sous contrôle et qui n’a pas de répercussion sur le fonctionnement quotidien. Par exemple, é, consommation modérée d’alcool, grossesse, obésité avec un indice de masse corporel (IMC) compris entre 30 et 40, hypertension ou diabète bien contrôlé ;
  • ASA 3 : patient ayant une maladie grave ou une ou plusieurs maladies modérées à graves. Par exemple, un diabète qui n’est pas équilibré, une hypertension mal contrôlée, une obésité avec un IMC supérieur à 40, une bronchite chronique (BPCO) modérée à sévère, un traitement par dialyse, un pacemaker, un antécédent de crise cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral (AVC) il y a plus de 3 mois ;
  • ASA 4 : patient avec une maladie grave qui met la vie en danger. Par exemple une crise cardiaque récente, un problème grave au niveau des valves du cœur (valvulopathie), la mise en place récente d’un stent coronarien ;
  • ASA 5 : patient qui va probablement mourir s’il ne subit pas d'opération.

Comment se prépare l’intervention chirurgicale ?

L'équipe chirurgicale et le médecin traitant déterminent ensemble quel examen préopératoire doit être fait dans votre cas. Cela permet notamment d'écarter certaines maladies ou de débuter un traitement avant l'intervention chirurgicale.

En attendant la date de l'intervention, votre médecin tentera de contrôler au mieux les différentes maladies dont vous souffrez (ex. : diabète, bronchite chronique (BPCO), hypertension artérielle). Le cas échéant, il informera l'équipe chirurgicale de l'évolution de votre situation.  Si vous avez une infection respiratoire juste avant le jour de l’opération sous anesthésie générale, les médecins préfèrent généralement reporter, selon le type d'infection et le type de chirurgie elle-même.

Pourquoi des tests complémentaires ?

Selon le score ASA, le type de chirurgie et le risque cardiaque, votre médecin peut prescrire des tests supplémentaires tels que des analyses de sang, un électrocardiogramme (ECG) et une radiographie pulmonaire. Les règles de base sont les suivantes :

  • Les personnes en bonne santé de moins de 50 ans avec un score ASA de 1 n'ont pas besoin de tests supplémentaires. Cependant, pour les femmes menstruées, l'hémoglobine est mesurée et un test sanguin est effectué pour confirmer qu'il n'y a pas d'anémie.
  • Des tests sanguins de base sont effectués sur des personnes en bonne santé de plus de 50 ans et sur des personnes ayant un score ASA de 2, 3 ou 4. L'analyse requise dépend des antécédents médicaux du patient, du type de maladie subissant une intervention chirurgicale et de sa gravité.
  • Les personnes atteintes d'une maladie pulmonaire peuvent avoir besoin d'une radiographie pulmonaire et, dans certains cas, d'un test respiratoire plus large (test de la fonction pulmonaire).
  • Les patients souffrant de maladies cardiaques peuvent généralement être vus par un cardiologue. Il peut s'agir d'un ECG, d'une échographie cardiaque (échocardiographie) ou d'une épreuve d'effort.

Comment se passe la décision d'opérer ?

La décision finale sur l’opération, est laissée au chirurgien. Sur la base des résultats des discussions, des tests de laboratoire et des tests supplémentaires, les anesthésistes et les chirurgiens ajustent leurs stratégies au besoin. Par exemple, ils peuvent prendre des mesures pour préparer les patients à haut risque à la chirurgie, telles que l’ajustement des médicaments.

Ils déterminent si vous pouvez subir une intervention chirurgicale à l’hôpital de jour ou si vous devez être hospitalisé. L'hospitalisation est nécessaire dans certaines situations. Par exemple :

  • Laparotomie abdominale (chirurgie abdominale ouverte) ;
  • Patients avec des paramètres instables ayant un score ASA de 3 ou 4 ;
  • Obésité avec un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 40. En dessous, la situation dépend d'autres maladies ;
  • Si vous êtes dépendant à l'alcool ou à la drogue ;
  • Si vous souffrez d'apnée du sommeil sévère ;
  • Lorsqu'il n'est pas possible de retourner chez soi en toute sécurité après la chirurgie en raison du milieu de vie.

Après l’opération, les rendez-vous de rééducation et de soins nécessaires seront pris. Cela peut être organisé par l'hôpital ou votre médecin.

Lire l'article
Handicap
Tout savoir sur le licenciement pour inaptitude
Tout savoir sur le licenciement pour inaptitude

A quel point une situation de perte d’autonomie ou de handicap peut-elle exposer à un risque de licenciement pour inaptitude ? Quelles solutions existent pour vous maintenir dans l’emploi et vous préserver de ce risque de désinsertion professionnelle ?

Une situation de vulnérabilité (physique, mentale) et/ou de handicap (visible, invisible) peut rendre votre poste de travail incompatible avec votre état de santé. Vous êtes concerné(e) et appréhendez un potentiel risque de licenciement pour inaptitude ? Voici les différentes étapes inhérentes à cette démarche :

  • Un examen médical doit être réalisé par le médecin du travail pour évaluer l’inaptitude. S’il est avéré que l’adaptation, l’aménagement ou la transformation du poste de travail ne peut suffire à votre maintien dans l’activité, le médecin doit effectuer une déclaration d’inaptitude. Ce document écrit vous sera adressé, à vous et à votre employeur, au plus tard dans les 15 jours suivant la consultation médicale ;
  • Un délai de 15 jours supplémentaires vous est accordé si vous ou votre employeur souhaitez contester l’inaptitude déclarée par le médecin devant le Conseil des Prud’hommes ;
  • Si aucune contestation ne survient, l’employeur doit effectuer une recherche de reclassement. Un nouveau poste vous sera obligatoirement proposé au sein de l’entreprise ;
  • L’obligation de reclassement n’a pas lieu d’être si le médecin du travail précise dans son avis « que tout maintien (…) dans l'emploi serait gravement préjudiciable à [votre] santé ou que [votre] état de santé fait obstacle à tout reclassement dans l'emploi ». Dans ces deux cas, votre employeur est en droit de procéder directement au licenciement pour inaptitude ;
  • Si aucune proposition de reclassement n’est engagée de la part de votre employeur, le licenciement peut être considéré sans cause réelle et sérieuse et donc ne pas aboutir ;
  • Si le reclassement s’avérait impossible, votre employeur doit vous le notifier par écrit en indiquant les motifs.

En somme, le licenciement pour inaptitude (1) pourra survenir si l’impossibilité de reclassement est avérée, si vous avez décidé de refuser le poste proposé dans le cadre du reclassement (2) ou si l’impossibilité du reclassement est d’office inscrite dans l’avis du médecin du travail.

Après le licenciement pour inaptitude

Si le licenciement pour inaptitude est prononcé, vous pouvez exercer un autre métier. Dans l’optique d’une reconversion, un bilan de compétences s’avère parfois nécessaire avant d’opter pour une formation. Pour rappel, les bilans de compétences sont liés à votre compte personnel de formation.

Si vous n’êtes plus capable d’exercer une profession, quelle qu’elle soit sa nature, vous pouvez accéder à la situation d’invalidité ou la retraite pour inaptitude si vous avez moins de 62 ans.

Des solutions pour prévenir le licenciement

Avant d’aller jusqu’au licenciement, il existe des solutions vous permettant de garder pied dans l’emploi. En bénéficiant de la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH), vous avez accès à des dispositifs prévenant la désinsertion professionnelle. Ainsi, dans le cadre d’un arrêt de travail, vous pouvez solliciter :

  • Un essai encadré afin d’évaluer l’adéquation entre votre état de santé et la qualification du poste, et ainsi se prononcer sur un possible aménagement de poste. Si ce dernier n’est pas possible, l’essai encadré peut accompagner dans votre projet de reconversion. D’une durée de 14 jours, cet essai peut s’effectuer dans votre entreprise avant licenciement ou dans une autre entreprise qui pourra potentiellement vous embaucher après votre arrêt de travail. Votre principal interlocuteur pour en bénéficier et vous guider sont le service social de l’Assurance maladie et votre CPAM ;
  • Un contrat de rééducation professionnelle (CRPE) pour vous aider à la réadaptation et à la formation. Ce contrat à durée déterminée d’une durée de 18 mois maximum peut s’effectuer dans votre entreprise actuelle ou au sein d’une nouvelle entreprise ;
  • Une formation qualifiante, sachant que vous pouvez bénéficier de l’aide à la formation dans le cadre du parcours vers l’emploi, si vous êtes bénéficiaire de la RQTH. Si la durée de formation dépasse les 40 heures, vous n’avez pas l’obligation d’être inscrit(e) ) à Pôle emploi pour bénéficier de cette aide. Une inscription en revanche obligatoire si votre formation est inférieure à 40 heures. Pour en bénéficier, vous pouvez déposer un dossier auprès de l’antenne Agefiph de votre région.

RESSOURCES

Vous souhaitez en savoir plus sur :

La prévention de la désinsertion professionnelle sur le site Ameli.fr ;

Reprendre le travail après un arrêt maladie définie sur le site Ameli.fr

Le guide Ameli « Je suis accompagné en cas d’invalidité » ;

Le bilan de compétences détaillé par le Ministère du travail, de l’emploi et de l’insertion ;

L’accès à votre compte personnel de formation ;

L'aide à la formation dans le cadre du parcours vers l'emploi, sur Monparcourshandicap.gouv.fr.

L’essai encadré pour les bénéficiaires de la RQTH ;

Les conditions d’accès à la retraite pour inaptitude ;

La pension d’invalidité définie par la Sécurité sociale et les modalités d’accès à cette pension sur le site Ameli.fr.

ANNUAIRES

Vous souhaitez entrer en contact avec les structures et professionnels du handicap  ? C’est par ici.

Cliquez sur ce lien pour accéder à l’annuaire général monparcourshandicap.gouv.fr ;

Cliquez sur ce lien pour accéder à l’annuaire des antennes Agefiph ;

Lire l'article
Aidants
Tout savoir sur l’accueil familial
Vous cherchez un hébergement pour votre proche âgé en perte d’autonomie ? ...

Vous cherchez un hébergement pour votre proche âgé en perte d’autonomie ? Vous avez besoin de souffler et vous souhaitez une solution sécurisante à taille humaine ? L’accueil familial est une solution alternative qui peut vous intéresser. Qu’est-ce que l’accueil familial ? Quelles sont les sources de financement ? Retrouvez dans cet article les réponses aux questions que vous vous posez.

L’accueil familial de personnes âgées et/ou handicapées

Dans le cadre de l’accueil familial, une personne, appelée accueillant familial, partage son domicile et son cadre de vie avec une personne âgée et/ou handicapée. Ce dispositif est encadré par la loi et les parties signent un contrat d’accueil qui définit les conditions matérielles, humaines et financières de l’accueil. L’accueillant familial doit être agréé par le Conseil départemental. Il est rémunéré pour la prestation d’accueil familial. L’accueil familial peut avoir une vocation temporaire ou permanente.

L’accueil familial : une solution de répit pour les aidants

La loi d’adaptation de la société au vieillissement votée en décembre 2015 crée un droit au répit. Ce dernier permet notamment de financer, dans la limite de 510.26€ par an et par personne aidée, un hébergement en accueil familial. Grâce à cette solution, l’aidant peut dégager du temps pour lui ou se reposer.

L’accueil familial temporaire

Même si la personne âgée et/ou handicapée n’est pas dans une situation de perte d’autonomie, l’accueil familial peut lui permettre de créer de nouveaux liens sociaux et de vivre dans un environnement stimulant. La durée de l’accueil familial peut être d’une journée par semaine ou de plusieurs mois par an.

L’accueil familial permanent

Avec une présence de jour comme de nuit, l’accueil familial permet aux personnes âgées et/ou handicapées d’être dans un lieu de vie à taille humaine et sécurisant. L’accueillant familial coordonne le passage des professionnels de soins. Son rôle est aussi de solliciter les résidents en les faisant participer à la vie de la famille pour qu’ils conservent leur autonomie.

L’accueil familial comme alternative aux EHPADS

Les places en EHPADS ou dans un autre type d’établissement spécialisé sont bien souvent onéreuses. Or, l’accueil familial, avec un reste à charge moyen de 1 100 euros par mois (après déduction des aides sociales et du crédit d’impôt), est une solution alternative beaucoup plus économique, adaptée aux petites retraites. Son coût revient à 50% moins cher qu’un EHPAD ou tout autre établissement spécialisé. Ainsi, l’accueil familial permet à toutes les personnes âgées et/ou handicapées d’accéder à un cadre de vie confortable et à un accompagnement de qualité. Aujourd’hui, 10 000 accueillants familiaux exercent pour 20 000 places disponibles dans toute la France.

Lire l'article
Aidants
Handicap
Tout savoir sur la livraison de médicaments à domicile, sa réglementation et son prix
Passer à la pharmacie pour récupérer des médicaments n’est pas toujours une tâche facile à accomplir...

Qu’est-ce que la livraison de médicaments à domicile ?


Que ce soit pour un proche aidé ou pour soi-même, passer à la pharmacie pour récupérer des médicaments n’est pas toujours une tâche facile à accomplir. Le manque de temps, des obligations professionnelles, la maladie, le handicap ou encore des imprévus limitant votre capacité à vous déplacer peuvent vous empêcher d’aller chercher les prescriptions dont vous ou votre proche aidé avez besoin, parfois en urgence. C’est pourquoi, ces dernières années, plusieurs plateformes en ligne et applications mobiles ont vu le jour en France pour permettre la livraison de médicaments directement à domicile.

En pratique, la démarche se déroule en plusieurs étapes :

  • Le patient se connecte à un service en ligne depuis son téléphone ou son ordinateur pour commander auprès de sa pharmacie locale les médicaments dont il a besoin.
  • Il choisit l'une des formules de livraison proposées, en fonction de l'adresse de livraison.
  • Il transmet généralement son ordonnance au pharmacien en la scannant. Certaines plateformes et pharmacies proposent également un service de coursier qui vient récupérer l'ordonnance (ainsi que la carte vitale et la carte de mutuelle) en mains propres. Dans ce cas, les documents doivent être préalablement insérés dans une enveloppe fermée par l'aidant ou le proche aidé afin de garantir la confidentialité des informations.
  • Le patient attend ensuite la bonne réception de son traitement depuis son domicile sans jamais avoir à se rendre en pharmacie dans le cadre de cette démarche.

Quels types de médicaments ?

La livraison de médicaments à domicile concerne deux types de produits disponibles en pharmacie et parapharmacie :

  • Les produits et médicaments vendus sans ordonnance
  • Les médicaments prescrits par un médecin

En revanche, sauf exception, les médicaments classés stupéfiants ou psychotropes et ceux soumis à la chaîne du froid ne peuvent pas être livrés directement au domicile des patients.



Quels sont les avantages de la livraison de médicaments ?

L’avantage principal de la livraison de médicaments à domicile est l’assurance de la disponibilité des produits dont ils ont besoin. En effet, grâce à ce service, plus question de se déplacer inutilement en pharmacie : si un médicament n’est pas disponible immédiatement, l’officine le commande et l’envoie aussi vite que possible.

La livraison de médicaments à domicile s’avère également très pertinente lors de situations urgentes. Alors que la pharmacie de garde est souvent éloignée ou parfois méconnue, dans certaines zones de résidence et sous certaines conditions il est possible de se faire livrer la nuit. Dès lors, cela simplifie grandement les choses et limite les moments de stress.

De même, lorsque vous, en tant qu'aidant, n'avez pas la possibilité de vous déplacer à la pharmacie pour renouveler la provision de médicaments de vos proches, la livraison à domicile est la solution pour permettre à vos proches aidés de ne jamais interrompre leur traitement.



Quelle règlementation pour la livraison de médicaments ?

La règlementation autour de la livraison de médicaments à domicile est très claire. Le Code de la santé publique l’autorise à deux conditions :

  • que la demande soit faite par le patient directement
  • que la livraison se fasse sous pli scellé, en toute confidentialité

Aussi, la livraison de médicaments doit être effectuée par des professionnels du secteur médical, soit :

  • Les pharmaciens
  • Les infirmiers libéraux
  • Les entreprises spécialisées dans la livraison de médicaments

La règlementation autour de la livraison de médicaments à domicile stipule également que les produits doivent être remis sous pli scellé portant clairement le nom et l’adresse du patient. Le paquet doit être parfaitement opaque et mentionner un seul nom. Sa fermeture doit être telle que le destinataire a l’assurance qu’il n’a pas pu être ouvert par un tiers.

De son côté, le pharmacien doit veiller à ce que les conditions de transport soient adaptées à la bonne conservation des médicaments. Il doit également inclure dans le paquet livré toutes les explications et les recommandations qui peuvent aider le patient au bon suivi de son traitement.

Quel prix pour une livraison de médicaments à domicile ?

Le coût de la livraison des médicaments à votre domicile varie en fonction de la plateforme que vous utilisez et de plusieurs critères, dont le poids de votre commande, la distance entre la pharmacie et votre logement et le temps et l’heure de livraison choisis. Le prix de ce type de prestation varie généralement entre 4 et 8 euros et ne dépasse généralement jamais les 10 euros.

Si vous souhaitez mettre en place la livraison de médicament pour votre proche, n'hésitez pas à remplir notre questionnaire. Nous vous invitons aussi à prendre contact avec un conseiller de notre cellule d'aidance pour découvrir les services et les solutions les plus adaptées à votre situation, comme la location de matériel médical ou le portages des repas.

Lire l'article
Aidants
SSIAD : définition, conditions d'accès et fonctionnement
Cette structure médico-sociale permet de délivrer des soins à domicile plutôt qu'en établissement spécialisé...

Si vous êtes à la recherche d'aides pour un proche âgé ou en situation de dépendance, sachez qu'il est possible d'avoir recours à un SSIAD, dont la définition est service de soins infirmiers à domicile. Cette structure médico-sociale permet de délivrer des soins à domicile plutôt qu'en établissement spécialisé, offrant un environnement familier beaucoup plus rassurant pour vous-même et vos proches. Nous vous expliquons plus précisément le rôle et le fonctionnement d'un SSIAD, et vous informons sur les types d'interventions, les démarches à effectuer ou encore le coût de la prise en charge.


Quelle est la définition d'un SSIAD ?

Un SSIAD - service de soins infirmiers à domicile - représente une aide aux personnes âgées, en situation de handicap, ou atteintes d'une maladie chronique. Il permet le maintien de votre proche chez lui et dans les meilleures conditions possibles. Un SSIAD contribue par exemple à retarder son entrée dans un établissement d'hébergement. Un SSIAD intervient sur prescription médicale, établie par le médecin traitant du proche aidé aussi bien auprès des personnes âgées de plus de 60 ans en perte d'autonomie que des plus jeunes en situation de handicap.

Comment est composée l'équipe d'un SSIAD ?

L'équipe d'un SSIAD comprend toujours un infirmier en charge de l'organisation des soins. Elle est aussi composée d'aides soignants qui représentent plus de 80 % du personnel. Selon vos besoins, vous pourrez aussi bénéficier de l'intervention d'aides médico-psychologiques ou d'autres auxiliaires médicaux. Ces professionnels de santé sont particulièrement préparés à l'accompagnement des seniors. Ils fourniront un cadre à la fois sain et sûr pour vos proches aidés. N'hésitez pas à discuter avec eux avant et pendant la période de soins : ils apporteront des réponses et des solutions concrètes à vos attentes.

Y a-t-il une différence entre SSIAD et HAD ?

Vous avez la possibilité d'associer un SSIAD avec une HAD (hospitalisation à domicile), même si ces deux dispositifs sont différents. Les soins couverts par une HAD sont ponctuels, et plus complexes et intenses que ceux qui appartiennent à un SSIAD. Ils requièrent l'intervention d'une équipe soignante pluridisciplinaire. Vous pouvez choisir vous-même les services de soins infirmiers à domicile tandis que dans le cadre d'une HAD, votre commune est rattachée à un établissement autorisé. Avec une intervention conjointe, votre proche peut éviter l'hospitalisation. Il bénéficie d'une continuité des soins et donc d'une meilleure qualité de prise en charge : il est toujours soigné par les professionnels du SSIAD qu'il connaît et qui lui fournissent un cadre rassurant.

Quels sont les types d'actions proposés ?

Les SSIAD vous soulagent en réalisant aussi bien des soins d'assistance comme l'aide à la toilette que des actes infirmiers ou de surveillance médicale. Pensez par exemple aux changements de pansements, aux soins d'escarre ou encore aux injections ou distributions de médicaments. Ils savent comme nous que les besoins des personnes en situation de dépendance sont multiples : ils assurent donc également la coordination avec d'autres intervenants médicaux et paramédicaux, tels que des médecins, kinésithérapeutes ou services d'aide à domicile.

Vous avez la possibilité, grâce aux SSIAD, d'avoir accès à un meilleur suivi de l'état de votre proche dépendant. L'évolution de son état de santé est contrôlée régulièrement et un protocole de soin peut être établi pour anticiper les futurs besoins. Vous avez aussi à votre disposition des professionnels de la santé qui sauront répondre à vos questions et vous rassurer au quotidien sur la santé de vos proches.

Comment sont pris en charge les SSIAD ?

Vous vous posez certainement la question du budget à établir pour organiser l'intervention d'un SSIAD. Sachez que les soins inclus dans les SSIAD sont pris en charge directement et à 100 % par l'Assurance maladie. Vous n'avez donc pas besoin d'avancer de frais. Une fois que le médecin traitant effectue la demande de prise en charge, elle est envoyée à votre caisse d'Assurance maladie et vous pouvez contacter un service de soins à domicile. Votre besoin de soins est urgent ? Vous pouvez entamer les démarches sans même attendre que votre demande soit acceptée.

Les autres soins associés aux SSIAD comme les rendez-vous chez le médecin traitant ou les interventions d'autres professionnels sont prises en charge dans les conditions habituelles. Il en va de même pour les médicaments.

Comment faire une demande de SSIAD ?

Votre première étape sera de prendre contact avec votre médecin traitant ou celui de la personne que vous aidez. Il saura vous indiquer si l'intervention de ces services est la bonne solution pour vous, vous fournira tous les conseils nécessaires pour vous préparer aux SSIAD, et il effectuera la demande.

Une fois cette demande envoyée, c'est à vous de contacter un service de soins infirmiers à domicile intervenant sur votre secteur. Si vous souhaitez être accompagné dans cette démarche, remplissez le questionnaire Proche des aidants qui vous indiquera les SSIAD les plus proches de chez vous. Prenez le temps de bien choisir une structure SSIAD qui pourra intervenir facilement au domicile de votre proche aidé.

Une fois que vous avez trouvé un SSIAD disposant de places libres, vous recevrez un infirmier à domicile. C'est avec lui que vous déciderez du calendrier des interventions et de la qualité des intervenants. Il pourra aussi répondre à vos questions et vous donner des recommandations, par exemple sur l'aménagement du domicile pour faciliter les soins. N'hésitez pas à remplir notre questionnaire pour découvrir les offres qui existent et à prendre contact avec un téléconseiller via notre cellule d'aidance qui vous orientera vers des solutions adaptées.


Lire l'article
Seniors
Reconnaître et mesurer la dépendance chez les seniors
Le vieillissement s’accompagne de troubles physiques et psychiques d’intensité variable d’une personne à l’autre.

Une perte d’autonomie progressive chez les seniors

Le vieillissement s’accompagne de troubles physiques et psychiques d’intensité variable d’une personne à l’autre. Le corps devient progressivement plus vulnérable. Des activités du quotidien sont alors difficiles à effectuer sans une assistance. On parle de dépendance.

C’est un changement déstabilisant qu’il est important d’accompagner, pour qu’il soit le moins perturbant possible.

Des signes de la perte d’autonomie

  • Un équilibre plus hésitant, des gestes impossibles ou douloureux, une chute.
  • Un manque d’appétit, une perte de poids.
  • Des difficultés en matière d’hygiène pour la toilette personnelle ou l’entretien du domicile.
  • Un changement de caractère : tristesse, dépression, agressivité ou au contraire apathie.
  • Des problèmes de mémoire : difficulté à reconnaître un lieu ou un proche, perte de la notion du temps, de l’orientation…
  • Tendance accrue à s’isoler.

Évaluer l’autonomie grâce à la Grille AGGIR

La Grille AGGIR (Autonomie Gérontologique Groupes Iso Ressources) est un outil de référence utilisé pour évaluer l’autonomie des plus de 60 ans. Ce questionnaire mesure la capacité physique et psychique à effectuer des activités du quotidien. Toilette, habillage, orientation, déplacement, langage… au total 17 activités sont examinées pour estimer si la personne « fait seule », « fait partiellement » ou « ne fait pas ».

Comment mettre en place cette évaluation ?

Cette évaluation peut être demandée par le médecin traitant. Si vous faites une demande d’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA), une équipe du Département prend contact avec vous pour réaliser un entretien à votre domicile. Pour les résidents en EHPAD, c’est l’équipe de l’établissement qui s’en charge.

Pour quels résultats ?

Au final, la grille AGGIR situe la personne dans l’un des six groupes (Groupe Iso Ressource, ou GIR), noté de de 1 à 6. De GIR 1 à 4, la personne est considérée en perte d’autonomie et peut bénéficier de l’APA. Un GIR 5 amène à déclencher une aide ponctuelle. Un GIR 6 signifie que l’on est autonome.


A partir de ces résultats, il est possible de concevoir un plan d’aide à la mesure de vos besoins comprenant des aides humaines (aide au domicile, portage de repas…) et/ou des aides techniques (lit médicalisé, audioprothèse, déambulateur…).




La grille AGGIR, première étape pour répondre à la dépendance
Loïc a 75 ans et vit seul.
Hélène, sa fille, a remarqué qu’il était de plus en plus renfermé sur lui-même.
Il ne participe plus aux conversations. Il est moins dynamique
Un jour, sa fille reçoit un coup de fil d’un voisin. Son père a fait une chute en voulant changer une ampoule.
Loïc va bien, mais cela risque de se reproduire.
Hélène en parle à son médecin de famille. Que peut-on faire ?
Le médecin lui conseille de faire une demande d’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) pour organiser une aide à domicile.
Suite à la demande d’APA, un professionnel du Département rend visite à Loïc.
Le professionnel interroge Loïc sur ses activités quotidiennes en suivant la grille AGGIR. Ressent-il des difficultés pour les réaliser ?
Au final, il estime que Loïc est dans la catégorie GIR 4. Il a droit à l’APA.
Il lui propose un plan d’aide.
Une aide-ménagère viendra à son domicile 2 heures par semaine.
Il indique à Loïc un service de portage de repas.
Il conseille également à Loïc de s’équiper d’un appareil auditif.
Loïc suit ses conseils.
Après quelques mois, Hélène constate un vrai changement. Son père a repris goût aux conversations. Il revoit ses amis. Loïc lui avoue que grâce à l’appareil, les conversations lui paraissent beaucoup moins brumeuses qu’avant !

Lire l'article
Aidants
Qu'est-ce que le droit au répit et comment en faire la demande ?
Vous assurez auprès d'un proche la fonction d'aidant ? Sachez que depuis 2015, la loi d'adaptation de la société au vieillissement (Loi SAV) reconnaît votre droit au répit.

Vous assurez auprès d'un proche la fonction d'aidant ? Sachez que depuis 2015, la loi d'adaptation de la société au vieillissement (Loi SAV) reconnaît votre droit au répit. En effet, devant l'augmentation croissante du phénomène de l'aidance familiale, l'État a songé à un certain nombre de mesures pour valoriser ce statut très particulier. Avoir le droit de faire une pause, de chercher du soutien et de briser la solitude du binôme aidant/aidé en fait partie. Vous trouverez ici des informations concernant la nature du droit au répit et les conditions et démarches pour y accéder.



Qu'est-ce que le droit au répit ?

La France compte aujourd'hui plus de 11 millions d'aidants. Ces aidants sont majoritairement des adultes de moins de 65 ans. 51 % d'entre eux travaillent. Autrement dit, l'aidant cumule souvent ce rôle avec un emploi auquel il ne peut renoncer. C'est dans ce contexte qu'intervient la reconnaissance du besoin de répit de l'aidant. En effet, la naissance du droit au répit s'ancre dans la reconnaissance du besoin pour l'aidant de faire une pause et de bénéficier d'aides et de structures pouvant prendre le relai lorsqu'il s'absente.

Les solutions de répit

Les solutions de répit ont pour mission l'accueil de la personne âgée dépendante en l'absence du proche aidant. On peut ainsi envisager un accès à l'hôpital de jour ou de nuit pour une durée brève. Une solution d'hébergement temporaire peut également être envisagée durant les vacances de l'aidant par exemple. L'État a également procédé à la création de maisons et de centres de répit. Ces établissements peuvent non seulement accueillir vos proches lorsque le besoin s'en fait sentir, mais elles peuvent aussi servir à organiser des séjours à l'occasion de vacances en famille.

D'autre part, le droit au répit prévoit également la venue au domicile, de façon ponctuelle ou plus régulière, d'une aide qui prendra le relai de l'aidant.

Votre proche aidé sera confié ainsi à des équipes professionnelles et pluridisciplinaires grâce auxquelles il pourra découvrir de nouvelles activités pour le maintien de ses fonctions psychomotrices et augmenter ses chances de se socialiser.

Les proches aidants concernés par le droit au répit

Le droit au répit s'adresse uniquement aux proches aidants de personnes âgées de plus de soixante ans en perte avérée d'autonomie et bénéficiaires de Allocation Personnalisée d'Autonomie (APA). Il faut également que le proche aidant fournisse une aide qualifiée d'indispensable à la vie quotidienne du proche aidé. Enfin, il faut démontrer l'incapacité de l'entourage à assurer les fonctions de l'aidant en son absence.


Comment identifier le besoin de répit ?

De nombreux aidants hésitent avant de demander de l'aide à leur entourage. Or, le droit au répit semble susciter moins de freins psychologiques. Cependant, il arrive parfois que l'aidant tarde avant de faire appel à ce droit.

Voici quelques signes qui doivent vous alerter sur votre besoin de répit.

  • Votre santé se dégrade. Vous souffrez de maux divers, notamment articulaires.
  • Vous avez perdu l'appétit et le sommeil.
  • Vous êtes facilement irritable.
  • Vous avez du mal à gérer les activités quotidiennes et vous avez l'impression de courir après le temps.
  • Vous ne parvenez plus à conserver des activités personnelles, à ménager du temps pour jardiner, lire ou vous adonner à un sport.
  • Vous avez le sentiment de délaisser les autres membres de la famille et de vous isoler en compagnie de l'aidé.

Si vous correspondez à l'une ou l'autre de ces manifestations de stress, vous êtes surmené et vous avez grand besoin de faire valoir votre droit au répit.


Comment marche l'indemnisation du droit au répit de l'aidant ?

Le montant du droit au répit

Le droit au répit peut être déclenché, sur demande, une fois que le plafond du plan d'aide de l'APA est atteint. Ce montant étant calculé en fonction du GIR de l'aidé et de ses revenus. L'APA déclenche alors une enveloppe supplémentaire d'environ 500 euros par an et par aidé qui vient compléter l'allocation déjà attribuée. Cette somme correspond à une semaine d'hébergement temporaire à plein temps, à 15 jours d'hébergement de jour ou encore à 25 heures supplémentaires d'aide-ménagère à domicile.

La demande de droit au répit

La demande de droit au répit doit être effectuée, sur condition d'obtention de l'APA, auprès du Conseil départemental (ancien Conseil général). Vous demanderez une révision de l'allocation pour y intégrer le montant du droit au répit. Le Conseil départemental enverra alors au domicile de l'aidé une équipe médico-sociale qui évaluera votre besoin de répit. Si l'acceptation de la demande d'APA de votre proche est en cours, contactez le Conseil départemental pour les tenir au courant. L'évaluation médico-sociale pourra tout de même être réalisée en attente du résultat de votre demande d'APA.

Le droit au répit s'inscrit dans la ligne d'une réflexion sur le statut de l'aidant. Vous pourrez également vous pencher sur la rémunération de l'aidant dans le cadre de l'APA ou sur les formations dispensées en vue de professionnaliser ses compétences. N'hésitez pas à remplir notre questionnaire afin de découvrir les formules qui correspondent à votre cas. Les conseillers de notre Cellule d'Aidance pourront également vous orienter vers les solutions les plus adaptées à votre situation.

Lire l'article
Aidants
Quels sont les droits d’un aidant familial ?
Être aidant familial est un statut aux nombreuses facettes.

Quels sont les droits d’un aidant familial ?

Compte tenu de la difficulté à laquelle vous devez faire face en accompagnant votre proche dépendant, il nous tient à cœur que vous connaissiez tous vos droits. Être aidant familial est un statut aux nombreuses facettes.

Le droit au répit

Avez-vous parfois envie de vous libérer de vos engagements et de vous reposer ? Sachez que vous pouvez profiter d’un droit au répit. Celui-ci a été prévu par la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement qui est entrée en vigueur le 1er janvier 2016. Cette aide à l’aidant familial permet aux proches aidants de personnes handicapées ou de personnes âgées d’autonomie réduite de prendre du repos dans leur activité d’accompagnement afin de se ressourcer.

Le droit au congé

Vous conciliez à la fois vos engagements d’aidant avec un statut de salarié ? Sachez que vous avez droit à des congés. Cette aide à l’aidant familial vous permet d’interrompre temporairement votre activité professionnelle pour que vous disposiez du temps nécessaire pour vous occuper de votre proche. Vous pouvez de ce fait prétendre à un :

  • Congé de proche aidant : qui vous permet d’arrêter de travailler pour vous occuper d’un proche en situation de handicap ou en perte d’autonomie grave. Durant ce congé de 3 mois renouvelables, vous bénéficiez d’un temps précieux pour vous rapprocher du malade tout en maintenant votre emploi. Vous percevez également une allocation journalière du proche aidant (AJPA) d'environ 50 € si vous êtes seul ou 40 € si vous vivez en couple.
  • Congé de solidarité familiale : qui vous permet de rester aux côtés de votre proche gravement malade et en fin de vie. Grâce à ce congé sans solde de 3 mois maximum, vous pouvez l’accompagner dans ses derniers moments. En parallèle, vous touchez l'allocation journalière d'accompagnement d'une personne en fin de vie, au montant avoisinant les 55 €.
  • Congé de présence parentale : qui vous donne la possibilité d’interrompre momentanément votre activité professionnelle pour prendre soin d’un enfant de moins de 20 ans qui est malade ou handicapé, et qui nécessite l’aide d’un aidant familial. Ce congé vous permet de bénéficier de l'allocation journalière de présence parentale (AJPP) d'environ 50 €, à moduler selon votre situation (seul ou en couple).

Pour que vous puissiez accompagner votre proche dans de meilleures conditions, pendant la durée de ces congés, le contrat de travail est suspendu. Vous gardez tous les avantages que vous avez acquis dans votre emploi avant votre congé tels que votre ancienneté, vos primes, votre niveau de salaire, etc.

Le droit à la retraite

Vous avez interrompu votre activité professionnelle pour vous occuper d’une personne handicapée en tant que proche aidant ? Grâce au droit à la retraite, vous bénéficiez d’une retraite à taux plein à 65 ans au lieu de 67 ans. Depuis octobre 2020, votre affiliation gratuite à l’assurance vieillesse du régime général se fait de manière automatique. De plus, votre indemnité de congé sera automatiquement prise en compte au titre des droits à la retraite, sans aucune formalité à faire.

Le droit à la formation et à l’accompagnement

Être un proche aidant, c’est accompagner au quotidien une personne en perte d’autonomie et majoritairement lui administrer des soins qu’elle ne saurait faire elle-même. Grâce à des formations dispensées par des professionnels médicaux, vous serez capable d’effectuer les gestes de premiers secours, de fournir un soutien psychologique efficace ou des soins en rapport à la toilette des personnes en perte d’autonomie. Par ailleurs, nous sommes à votre disposition pour vous aider à définir les meilleures solutions d'accompagnement personnalisé.

Lire l'article
Hospitalisation
Que faut-il payer en sortant de l’hôpital ?
Les frais à votre charge selon votre situation et leur montant...

Que faut-il payer en sortant de l’hôpital ?

Les frais et leur montant

Les frais d’hospitalisation dépendent des actes qui ont été effectués pendant votre séjour (consultations, chirurgie, soins, examens, etc.) dont les tarifs sont déterminés par la Sécurité sociale.

Le forfait journalier est une participation des patients aux frais d'entretien et d'hébergement liés à leur séjour d'hospitalisation. Son prix est fixé par arrêté ministériel. Il est de 20 €/jour en hôpital ou clinique et 15 €/jour dans le service psychiatrique d'un établissement de santé

Les frais à votre charge selon votre situation

  • Si vous n’avez pas d’assurance sociale, ni d’assurance maladie, ni bénéficiez de l’aide médicale d’État, la totalité des soins (frais d’hospitalisation) et de l’hébergement (forfait journalier) seront à votre charge ;
  • Si vous êtes assuré social mais que vous n’avez pas de mutuelle, ou bien que votre mutuelle ne pratique pas la dispense d’avance de frais avec l’hôpital, vous devez payer le ticket modérateur (20 % des frais d’hospitalisation) et le forfait journalier ;
  • Si vous êtes assuré social et que votre mutuelle pratique la dispense d’avance de frais avec l’hôpital, vous ne payez rien. Il faut pour cela présenter votre carte de mutuelle au bureau des admissions.

Lire l'article
Aidants
Prenez soin de vous et de vos proches en tant qu'aidant : un conseil important
Comment prendre soin de soi lorsqu'on doit prendre soin d'un proche ?

Comment prendre soin de soi lorsqu'on doit prendre soin d'un proche ? En tant qu'aidant, vous êtes parfois confronté à une charge affective et psychique importante. Vos proches se reposent dorénavant sur vous pour la plupart des gestes nécessaires à leur maintien à domicile et cela peut engendrer fatigue et même parfois découragement. Il est donc crucial que, tout en témoignant à vos proches toute l'attention que leur état mérite, vous continuiez à prendre soin de vous. Voici quelques conseils simples à appliquer qui vous aideront à garder optimisme et énergie jour après jour.



L'importance de pouvoir partager

Devenir aidant, c'est prendre en charge les besoins d'un proche dont les fonctions motrices ou cognitives déclinent. Les aidés peuvent avoir du mal à assumer cette perte d'autonomie. Et cela peut compliquer la relation avec l'aidant.

Lorsque la situation devient trop pesante, il est parfois souhaitable de faire appel à un tiers. Un psychologue spécialisé dans l'écoute des personnes âgées peut intervenir soit à domicile, soit en milieu hospitalier. Il permettra à l'aidé d'exprimer ses sentiments et ses angoisses, améliorant ainsi la communication avec l'aidant.

Le plus important reste de briser l'isolement qui peut entourer aidant et aidé. Aidant, c'est un rôle de soin de l'autre, mais cela ne veut pas dire qu'il faille assumer cette tâche seul. Vous pourrez trouver du soutien dans les groupes de parole et d'écoute tels que les Cafés des aidants créés par l'Association Française des Aidants. Vous pourrez partager votre expérience avec vos pairs, aborder ensemble vos difficultés et trouver des solutions pour rebondir. Les conseillers de notre cellule d'aidance sont également à votre écoute.


Savoir s'écouter pour éviter le surmenage

Un sondage récent commandé par la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) révèle que 48 % des aidants déclarent avoir une maladie chronique, 29 % se sentent anxieux et stressés et 25 % disent ressentir une fatigue physique et morale.

Vous le constatez jour après jour, prendre soin d'autrui demande une vitalité à toute épreuve. En plus des tâches quotidiennes, il faut veiller au moral de l'aidé. En tant qu'aidant, cependant, la tentation est grande d'oublier ses besoins essentiels. N'hésitez pas à vous ménager des instants rien que pour vous. Vous n'en serez que plus disponible pour votre proche.

Soyez à l'écoute de vous-mêmes et ne négligez pas l'apparition des premiers symptômes du surmenage. Certaines manifestations doivent vous alerter sur la nécessité de prendre du repos. Insomnies, douleurs articulaires chroniques ou irritabilité sont autant de lanceurs d'alerte. La fatigue et les problèmes de dos sont souvent associés au stress et au surmenage. N'hésitez pas à vous rapprocher de votre médecin généraliste dès l'apparition de ces signes.

En prévention, organisez votre semaine de façon à vous ménager du temps libre et à pratiquer des activités de bien-être. Pilates, yoga ou gymnastique douce, par exemple, vous permettront de renforcer les muscles posturaux très sollicités dans les soins quotidiens à l'aidé.



Savoir se faire aider et se former

Des professionnels peuvent vous aider au quotidien à prendre soin de votre proche. Vous pouvez par exemple faire appel à une aide-ménagère ou à une aide-soignante. Mobilisez les autres membres de la famille et établissez autour de vous une chaîne d'entraide. Vous pourrez retrouver un second souffle en vous appuyant sur des structures comme l'accueil de jour. Vos proches y seront pris en charge par des équipes pluridisciplinaires. Ils pourront y pratiquer des activités variées dédiées à l'entretien des fonctions motrices et psycho-cognitives.

Rapprochez-vous d'intervenants professionnels tels que les ergothérapeutes. Ils vous aideront à mieux gérer les manœuvres techniques et à repenser l'aménagement du domicile de l'aidé pour faciliter les gestes du quotidien.

Vous pouvez également vous former aux techniques du maintien à domicile. Rapprochez-vous de la Croix-Rouge ou de la Protection Civile ainsi que des centres locaux d'information et de coordination (CLIC), des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) pour ne citer qu'eux. Ces organismes dispensent des formations dédiées aux aidants familiaux portant sur les soins corporels ou le soutien psychologique aux aidés. L'association française des aidants (AFA) a depuis peu lancé des modules de formation à distance couvrant des thématiques très concrètes telles que "Comment concilier sa vie d'aidant avec sa vie personnelle et sociale".

Pendant vos vacances, un hébergement temporaire ou bien un accueil familial peut vous permettre à partir en toute quiétude. Vous pourrez assurer une partie du financement grâce au droit au répit. Enfin, l'installation de la téléassistance au domicile de votre proche peut vous permettre de rentrer chez vous en sachant que le lien est maintenu quoiqu'il arrive.

N'hésitez pas à remplir notre questionnaire pour de plus amples renseignements sur les solutions d'accompagnement existantes. N'oubliez pas qu'il existe toujours des chemins pour trouver de l'aide et refaire le plein d'énergie. Pour aller plus loin, consultez notre article sur l'isolement et le lien social : un enjeu primordial pour les aidés et aidants, afin de mieux comprendre la nécessité de vous entourer d'un maximum de soutien.

Lire l'article
Aidants
Seniors
Maintien à domicile des personnes âgées : quelles sont ses limites ?
En continuant à vivre chez lui, votre proche évolue dans un environnement connu...

Quelles sont les limites du maintien à domicile des personnes âgées ?


Le maintien à domicile d'une personne âgée en perte d'autonomie reste la solution privilégiée. En effet, en continuant à vivre chez lui, votre proche évolue dans un environnement connu. Il y possède des repères et des souvenirs, et y conserve ses habitudes.

Toutefois, plusieurs situations peuvent vous amener à revoir ce schéma de vie :

  • Une dépendance trop importante : lorsque votre proche est atteint d'une pathologie ou d'un handicap nécessitant des soins lourds ou une surveillance 24 h/24, le maintien à domicile n'est plus adapté.
  • L'impossibilité pour vous d'agir au quotidien : pour des motifs professionnels, familiaux ou à cause d'un éloignement géographique, votre disponibilité peut être rendue plus compliquée, ce qui peut mener à la fin du maintien à domicile.
  • Un logement difficile à adapter : un logement peu adaptable, comprenant par exemple des escaliers étroits incompatibles avec un monte-escalier, constitue un autre frein au maintien à domicile.
  • Un manque de ressources financières : le maintien à domicile de votre proche peut représenter un coût élevé, car le logement requiert des travaux d'aménagement conséquents, ou parce qu'il est nécessaire de payer des heures d'aide à la personne au quotidien. Ce qui peut également empêcher la mise en œuvre du maintien à domicile, si les ressources financières à disposition ne sont pas suffisantes.



Quelles alternatives s'offrent quand les limites du maintien à domicile sont atteintes ?

Lorsque les limites du maintien à domicile d'une personne âgée sont atteintes, plusieurs choix s'offrent à vous et à votre proche aidé.

Les EHPAD

L'entrée en EHPAD (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) est une alternative privilégiée. Dans un établissement adapté, disposant d'infrastructures médicales, la personne aidée est encadrée et soignée de jour comme de nuit. De votre côté, vous vous sentez rassuré de savoir votre proche pris en charge par des professionnels compétents, formés aux besoins des personnes âgées ayant perdu leur autonomie.

Les USLD

Votre proche est très dépendant et nécessite une surveillance médicale accrue ? Une unité de soins de longue durée (USLD) pourrait lui convenir. Cette structure hospitalière prend en charge la vie quotidienne et la coordination des soins, de manière plus poussée qu'un EHPAD.

Les UHR

Si votre proche aidé est atteint de la maladie d'Alzheimer ou d'une pathologie apparentée, il pourra intégrer une unité d'hébergement renforcée (UHR). Incluses aux EHPAD et aux USLD, ces unités sont dédiées aux personnes présentant des symptômes avancés.



Comment faire accepter à la personne aidée la fin du maintien à domicile ?

Les limites du maintien à domicile de votre proche âgé se dessinent, et celui-ci doit se résoudre à quitter son domicile pour intégrer un établissement spécialisé ? C'est une étape délicate à gérer, pour la personne aidée comme pour vous. En effet, face à cette situation, votre proche peut éprouver du désarroi. De votre côté, vous pouvez vous sentir coupable de ne plus avoir les moyens de maintenir la personne aidée dans son logement, et vous pouvez avoir peur qu'elle vous en veuille.

Si la communication est difficile, n'hésitez pas à introduire un tiers pour aborder le sujet de la perte d'autonomie et de la vie en institution. Votre proche prendra peut-être mieux la mesure de la situation si les informations lui sont fournies par une personne extérieure. Ce tiers peut être un professionnel (par exemple, le médecin traitant de votre proche), ou non. L'essentiel étant qu'il soit empathique et rassurant dans ses paroles.

La perte d'autonomie de votre proche augmente, mais vous souhaitez prolonger son maintien à domicile le plus longtemps possible ? Une alternative existe : l'hébergement temporaire en EHPAD. Avant une entrée définitive en maison de retraite, la personne aidée pourra effectuer des séjours en établissement médicalisé de manière occasionnelle, tout en continuant à résider chez elle le reste du temps.


Lire l'article
Aidants
Prendre soin de soi et de son aidé, l'enjeu majeur de l'aidant naturel
Concilier à la fois vie personnelle et professionnelle et l'organisation quotidienne du proche aidé...

Si vous faites partie des 11 millions d'aidants que compte la France, vous savez que ce rôle peut s'avérer complexe et fatigant. En tant qu'aidant naturel, vous devez concilier à la fois vos vies personnelle et professionnelle et l'organisation quotidienne de votre proche aidé. Toutefois, pour mener à bien cette mission, votre bien-être et votre santé sont primordiaux...

Qu'est-ce qu'un aidant naturel ?

La loi du 28 décembre 2015 sur l’adaptation de la société au vieillissement définit l’aidant naturel d'une personne en perte d'autonomie. Il s'agit de celui ou celle « qui lui apporte son aide pour une partie ou la totalité des actes de la vie quotidienne de manière régulière et à titre non professionnel ». L'aidant accompagne donc une personne en état de dépendance, de handicap ou dans certains cas atteinte de la maladie d'Alzheimer, dans l'organisation de son quotidien.

Selon cette loi, l'aidant naturel peut être un aidant familial comme un conjoint, un concubin, un partenaire avec lequel la personne a conclu un pacte civil de solidarité, un enfant ou encore un parent. Il peut s'agir également d'un proche aidant qui habite ou entretient des liens étroits et stables avec la personne aidée, comme un ami ou un voisin.

Pourquoi le rôle d'aidant est-il délicat à assumer ?

Être aidant d’un proche revient à mener deux vies parallèles. Vous gérez votre quotidien, à savoir votre foyer et votre emploi, de même que celui de votre proche aidé. Selon sa perte d’autonomie, cela consiste à réaliser ses démarches administratives, préparer ses repas, faire son ménage ou encore sa toilette. Des responsabilités bien concrètes qui peuvent représenter une charge mentale invisible au quotidien.

Ce rôle d'aidant est d'autant plus délicat lorsque vous êtes seul à tout prendre en charge. Comme beaucoup d'aidants naturels, vous aurez peut-être tendance à faire passer en priorité le bien-être de l'aidé au détriment du vôtre. Ainsi, lorsque vous commencez à ressentir du stress ou de la fatigue, c'est sans doute qu'il est temps de vous ressourcer.

Comment prendre soin de soi ?


Assurer votre bien-être est tout aussi important que celui du proche à qui vous portez assistance. C'est la condition essentielle pour que vous puissiez continuer de mener à bien votre rôle d'aidant naturel. En tant que proche aidant, vous pouvez avoir tendance à reporter vos rendez-vous médicaux, à ne pas vous accorder suffisamment de moments de repos ou encore à vous isoler. Les conséquences sont souvent l'épuisement moral et physique. Or, différentes solutions existent pour que vous puissiez vous occuper de vous sans que cela remette en cause votre rôle d'aidant.

Penser à soi grâce au droit de répit

Connaissez-vous le droit de répit ? Ce dispositif figure dans la loi d'adaptation de la société au vieillissement et concerne les proches aidants des personnes âgées en perte d'autonomie ou des personnes atteintes d'un handicap. Il a pour objectif d'aider les aidants familiaux. Il vous permet de financer l'accueil de l'aidé dans une structure de jour ou de nuit, dans un hébergement ou la mise en place d'un relais à domicile.

Pour bénéficier de ce droit, votre proche doit percevoir l'APA (allocation de perte d'autonomie). Par ailleurs, il faut que vous seul assuriez le rôle d'aidant et que personne ne puisse vous remplacer en cas d'absence. Pour les personnes en situation de handicap, les frais d'accueil sont partiellement pris en charge par l'Assurance Maladie.

Vous pouvez ainsi souffler et vous reposer quelques jours ou quelques heures tout en étant rassuré sur l'encadrement de votre proche. Pour prévenir l'épuisement et prendre du temps pour vous, le placement en accueil de jour de l'aidé ou les centres de répit font partie des solutions existantes.

Prendre soin de sa santé et de son bien-être

Faute de temps ou d'envie, les aidants naturels minimisent ou font parfois abstraction de leurs besoins médicaux. Pour vous aider à préserver votre santé, nous mettons en place des solutions comme la téléconsultation, notre solution de télémédecine vous assure une réponse simple et rapide.

Il est également important de prendre du temps pour vous. En tant qu'aidant naturel, vous avez peut-être l'impression que les loisirs ou les moments de détente ne sont pas essentiels. Ils contribuent pourtant à votre bien-être. N'hésitez donc pas à consacrer du temps à des activités qui vous font plaisir et qui peuvent vous permettre d'extérioriser ou de décompresser, que ce soit par la pratique d'une activité sportive, manuelle ou artistique. Vous aimez mieux vous divertir en allant voir un film, une exposition ou un concert ? Intégrer ces pauses dans votre quotidien aura une influence bénéfique sur votre humeur, votre moral et par conséquent sur votre proche aidé.

Conserver un lien social

Lorsque vous êtes aidant naturel, vous avez tendance à restreindre vos sorties par manque de temps. De même, vous ne parlez pas ou peu de votre quotidien à votre entourage. N'hésitez pas à vous réserver des moments en famille ou entre amis. Conserver un lien social est primordial pour un aidant comme pour un aidé. Le risque est de vous enfermer dans votre rôle d'aidant et d'entrer dans une souffrance psychologique et un isolement social.

En tant qu'entrepreneur du mieux-vivre, nous vous soutenons également dans votre quotidien d'aidant naturel en proposant des solutions pour votre bien-être. N'hésitez pas à remplir notre questionnaire qui vous orientera, en fonction vos besoins, vers des groupes de paroles ou encore vers un accompagnement psychosocial.

Utiliser les services à la personne

Les services à la personne sont aussi une aide pour les aidants. Déléguer les tâches chronophages, comme le ménage ou les repas, vous permet de libérer du temps pour d'autres activités. La relation que vous entretenez avec votre proche n'en sera que consolidée.

Les organismes publics ou privés proposent des services d'aide à domicile pour effectuer les tâches quotidiennes. Ce qui contribue à vous libérer du temps tout en ayant l'assurance que votre proche est encadré par un professionnel. Il s'agit entre autres de la toilette de la personne aidée, la préparation de ses repas, son ménage. D'autres prestations pratiques existent comme la livraison de repas à domicile ou encore des médicaments. Tout ceci représente un coût qui peut être pris en charge en partie par les aides, mais aussi par une mutuelle grâce à un contrat de dépendance. Il vous permet d'anticiper la perte d'autonomie.


Quels sont les points de vigilance dont doit tenir compte l'aidant naturel ?

Lorsque le rôle d'aidant naturel occupe tout le quotidien, le risque existe de faire un burn-out à moyen terme. Avant d'en arriver à cette situation extrême, sachez repérer les signes à la fois physiques et psychologiques qui doivent alerter.

Les signes physiques peuvent se caractériser par une fatigue chronique, un sommeil troublé, une perte d'appétit ou une tendance au grignotage, une perte ou une prise de poids, voire des douleurs lombaires. Pour les signes psychologiques d'un épuisement, vous pouvez ressentir de la lassitude, un sentiment d'échec ou de frustration ou encore de l'irritabilité, un manque de patience ou de l'agressivité. Ces sentiments peuvent nuire à la relation que vous entretenez avec l'aidé.

Si vous ressentez l'un de ces symptômes, n'hésitez pas à prendre contact avec un conseiller de notre cellule d'aidance. Ce dispositif a pour vocation d'aider les proches aidants et de leur apporter des solutions concrètes.

Chaque parcours étant unique, renseigner le questionnaire vous permettra de trouver une solution personnalisée pour assurer une qualité de vie à votre proche tout en prenant en compte vos impératifs personnels. Il arrive également un moment où les limites du maintien à domicile sont atteintes et mettent en péril le bien-être de l'aidé et de l'aidant naturel. Dans cette perspective, nous vous guidons pour choisir un lieu d'hébergement adapté.


Lire l'article
Aidants
Seniors
Maintien à domicile : quels sont les aides, coûts et enjeux du quotidien de l'aidé ?
Comment continuer à vivre chez soi et avoir une vie sociale lorsque l'on perd en autonomie ?

​​​​​Comme 90 % des personnes âgées en perte d'autonomie, votre proche souhaite rester le plus longtemps chez lui ? Le maintien à domicile aura un impact positif sur son bien-être, à condition que son quotidien soit organisé en conséquence.

Pourquoi le maintien à domicile des personnes âgées contribue à leur bien-être ?


La majorité des personnes âgées souhaitent vieillir à leur domicile, car elles y ont leurs souvenirs et leurs habitudes. Elles aiment y recevoir leurs enfants et petits-enfants, continuer à voir leurs amis, se rendre à la boulangerie de leur quartier.

De même, rester chez elles leur permet d'être autonomes et de faire partie de clubs comme celui de jeux ou de lecture, d'aller au cinéma. Toutes ces activités sociales et de loisirs contribuent à leur bien-être.

Comment continuer à vivre chez soi et avoir une vie sociale lorsque l'on perd en autonomie ? La solution est d'organiser le maintien à domicile de votre aîné en lui permettant de conserver les repères qui composent sa vie quotidienne et qui la rassurent.

Comment maintenir à domicile une personne dépendante ?


Une personne âgée devient dépendante lorsqu'elle ne peut plus effectuer les actes élémentaires de la vie quotidienne comme se laver, manger ou encore se déplacer.​​​​​​​Pour que son maintien à domicile soit possible, différentes prestations sont mises en place par des organismes publics ou privés pour l'organisation de son quotidien :​​​​​​​

  • L'aménagement du domicile
  • Les soins médicaux à domicile
  • Les services à la personne

Quelles aides financières pour le maintien à domicile des personnes âgées en perte d'autonomie ?


Le coût du maintien à domicile d'une personne âgée varie en fonction des services dont bénéficie l'aidé. Plus votre proche sera dépendant, plus son organisation quotidienne nécessitera des besoins en services médicaux, en aides à la personne (aide-ménagère, portage de repas...) :

  • L'APA (allocation personnalisée d'autonomie) dont le versement a pour objectif de couvrir les dépenses liées au maintien à domicile comme le recours aux services à la personne. Toujours dans le cadre de l'APA, des aides peuvent être allouées pour la mise en place de la téléassistance.
  • L'ANAH (Agence nationale de l'habitat) aide également les revenus les plus modestes pour l'aménagement du logement en cas de perte d'autonomie.

Lire l'article
Aidants
Seniors
Logements senior
Les résidences services pour seniors proposent une solution de logement idéale pour les personnes de plus de 60 ans.

Les résidences services pour seniors proposent une solution de logement idéale pour les personnes de plus de 60 ans encore autonomes et indépendantes. Le cadre de vie y est agréable, avec un logement pensé pour correspondre à l’avancée en âge, et de nombreux services à la carte. Réputées pour leur convivialité, ces résidences ne doivent pas être confondues avec les Ehpad, puisqu’elles ne proposent pas d’accueil médical. Quels avantages y a-t-il à s’y installer ? Quel budget prévoir ? Nous passons au crible les offres des résidences pour personnes âgées.


Qu’est-ce qu’une résidence services pour seniors ?

Les résidences pour seniors sont, par définition, une solution d’hébergement conçue pour s’adapter aux besoins des personnes âgées de plus de 60 ans, actives et autonomes. Elles offrent différents services pensés pour améliorer le quotidien et permettre aux résidents de conserver leur indépendance plus longtemps.

Les résidents sont locataires ou propriétaires. Ils disposent de leur propre logement, aménagé selon leurs goûts et agencé de manière à être agréable à vivre. Les hébergements sont pensés pour être accessibles facilement et pour s’adapter aux besoins des personnes en perte d’autonomie. Les salles de bain sont sécurisées et disposent de douches sans rebords, les volets sont électriques, il n’y a pas de marches d’escalier… Il existe différents types de biens proposés : des studios et appartements T1 idéals pour les personnes seules, des T2 et T3 adaptés aux couples, et même de petites maisons de plain-pied avec jardin attenant.

Les résidences pour seniors peuvent aussi proposer des services spécifiques. Elles sont le plus souvent dotées d’espaces collectifs, comme un restaurant, un salon, une salle de sport, une bibliothèque ou encore un salon de coiffure. Il est aussi parfois possible de bénéficier de services à domicile, comme le ménage ou la livraison de courses.

Il existe trois types de résidences pour seniors :

  • Les résidences services seniors, que l’on trouve le plus souvent en ville, dépendent du secteur privé.
  • Les villages seniors, situés à la campagne et qui intègrent davantage d’espaces extérieurs, dépendent eux aussi du secteur privé.
  • Les résidences autonomie, qui sont gérées par des structures publiques ou à but non lucratif. On les appelait autrefois les « foyers logements ».

La différence entre une résidence pour seniors et un Ehpad

Contrairement à un Ehpad, une résidence pour seniors n’est pas médicalisée. Il s’agit d’un logement classique et individuel, adapté aux personnes âgées autonomes. Il n’y a donc pas de traitements médicaux prévus, bien que vous puissiez bien sûr faire appel à un médecin, à un service de télémédecine ou à une infirmière à domicile si vous en ressentez le besoin.


Quels sont les différents services proposés par les résidences pour seniors ?

Les services proposés par les résidences pour seniors dépendent du prestataire et parfois même de l’établissement. Il n’y a pas de « minimum légal » fourni, puisqu’il s’agit de structures indépendantes qui ne dépendent ni de l’État ni d’une collectivité locale, mais bien d’organismes privés. Il y a cependant certains services que l’on retrouve couramment :

  • Conciergerie plusieurs heures par jour pour la gestion du courrier et l’accueil éventuel des visiteurs ;
  • Personnel disponible pour de petites réparations et le portage des courses ;
  • Navettes réservables ;
  • Mise à disposition des coordonnées des professions médicales et prise de rendez-vous ;
  • Présence d’un coiffeur, voire d’une esthéticienne ;
  • Possibilité de réserver des prestations de ménage ou de nettoyage.

Pour les repas, certaines résidences disposent de leur restaurant proposant un service pour le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner. Vous êtes libre de vous y rendre quand vous le souhaitez, mais une réservation préalable peut être demandée. Comme dans tous les restaurants, vous disposez de plusieurs menus et vous êtes libre d’y venir accompagné si vous le souhaitez.

Outre ces services visant à améliorer le quotidien, il existe aussi parfois des activités organisées par la résidence et accessibles aux personnes qui le souhaitent. Elles dépendent essentiellement des équipements disponibles dans la résidence même ou à proximité. Par exemple, une résidence possédant une piscine pourra organiser des cours d’aquagym, alors qu’un établissement en pleine nature proposera plutôt des randonnées. Les cours de yoga, de Pilates, de gymnastique douce, de tricot ou de cuisine font aussi partie des options qui reviennent le plus souvent.


Combien coûte un logement en résidence pour senior ?

Le prix d’une résidence pour seniors varie selon plusieurs paramètres :

  • La situation de la résidence et son attractivité (proximité avec une plage, un site réputé…)
  • Le niveau de qualité et de confort de l’établissement et de ses équipements (piscine, salle de sport, restaurants…)
  • Les services proposés.

Comme il n’y a pas de barème officiel, vous devez vous renseigner auprès de chaque établissement pour connaître le montant des loyers. Il faut compter de 500 € à 900 € environ pour un studio et autour de 1500 € pour un petit appartement de trois pièces convenant à un couple qui aime recevoir. Certains établissements peuvent demander jusqu’à 3000 € pour une petite maison. Les charges incluant l’eau, l’électricité, le chauffage, l’assurance habitation et l’entretien des communs peuvent être demandées en sus ou incluses dans le loyer.

Le loyer et les charges ne sont pas les seules dépenses à prévoir. En effet, certaines résidences facturent tout ou partie des services disponibles comme des suppléments, notamment les prestations concernant le ménage et les repas.


Quelles aides pour indemniser le coût d'un logement senior ?

Il existe plusieurs aides qui peuvent vous aider à financer votre hébergement dans une résidence services pour seniors : l’allocation personnalisée au logement (APL) ou l'allocation de logement sociale (ALS). Accordées par la Caisse d’allocations familiales (CAF) du lieu de résidence, l’APL et l’ALS dépendent des conditions de ressources du demandeur et du lieu de résidence. Si vous habitez dans une résidence conventionnée, vous toucherez l’APL. Dans l’autre cas, c’est l’ALS qui vous sera versée.

Si la personne est en situation de perte d’autonomie, elle peut également demander à bénéficier de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA). Pour y avoir droit, il faut remplir un dossier auprès des services du département, de la mairie (CCAS), ou d'un point d'information local dédié aux personnes âgées. L’autonomie du bénéficiaire sera alors évaluée par un professionnel de l'équipe médico-sociale (EMS) du département qui fixera le montant de l’aide.

En revanche, comme les résidences services n’ont pas de vocation sociale, leurs habitants ne peuvent pas toucher l’ASH (Aide sociale à l'hébergement). Cette prestation est en revanche accessible à ceux qui vivent dans une résidence autonomie.

Lire l'article
Seniors
Handicap
Les premiers réflexes
S'informer, être conseillé, trouver des solutions

Près de chez vous : le Centre communal d’Action Sociale (CCAS)

Dans chaque commune, vous avez le CCAS. Il met en œuvre l’action sociale. Si vous habitez dans une commune de moins de 1500 habitants, adressez-vous à la Mairie.

Le CCAS peut être utile pour :

  • obtenir la liste des services locaux d’aide à domicile
  • déposer des demandes d’aides financières si le département a délégué cette aide au CCAS (l’Aide Personnalisée à l’Autonomie - APA et l’Aide Sociale à l’Hébergement - ASH)
  • demander des aides exceptionnelles en cas de difficultés sociales
  • connaître les possibilités d’hébergement au niveau local
  • obtenir la liste des actions d’animation et de soutien (loisir, lien social, prévention…)

Trouvez une solution près de chez vous ?
Tapez votre ville dans le moteur de recherche en haut de la page

Pour une écoute et un accompagnement personnalisé : le CLIC (Centre Local d’Information et de Coordination Gérontologique)

Dans chaque département, les CLIC sont à l’écoute des personnes âgées et de leurs proches. En un lieu unique, ils rassemblent un maximum d’informations et de contacts utiles.

Vous pouvez vous rendre au CLIC pour :

  • évaluer vos besoins et vos possibilités d’aide (dont l’APA)
  • obtenir des informations sur les solutions d’hébergement
  • construire un plan d’accompagnement et un suivi
  • être orienté vers le bon interlocuteur

Du fait de son rôle de coordinateur, prendre rendez-vous avec le CLIC le plus de chez vous, peut vous apporter un véritable éclairage sur la manière d’envisager un avenir plus serein.

Pour les personnes âgées en situation de handicap : la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées)

Au sein de la MDPH, une équipe pluridisciplinaire informe et conseille les personnes âgées en situation de handicap et leur famille.

Depuis ce guichet unique, vous pourrez notamment demander :

  • une carte d’invalidité,
  • une carte européenne de stationnement,
  • une carte de priorité.

Vous pouvez également obtenir la PCH (prestation de compensation du handicap). Pour l’obtenir, il faut que votre handicap se soit déclaré avant 60 ans et que vous ayez moins de 75 ans.

Pour l’attribution des aides : le département

Le Conseil départemental coordonne l’action sociale sur son territoire. Il décide de l’attribution d’aides financières. Chaque département ayant sa propre organisation, adressez-vous d’abord au CCAS ou au CLIC pour obtenir le bon contact.

A demander auprès du Conseil départemental :

  • l’Aide Personnalisée à l’Autonomie (APA) et l'Aide Sociale à l’Hébergement (ASH)
  • la liste des services d’aide à domicile autorisés,
  • la liste des établissements d’hébergement pour personnes âgées,
  • la liste des accueillants familiaux.

Pour des aides complémentaires : la caisse de retraite

En fonction de votre profession, vous dépendez d’une caisse de retraite qui met en œuvre des actions de soutien complémentaires :

  • des actions de prévention pour les personnes fragiles
  • des aides au quotidien, pour votre domicile ou faciliter votre mobilité
  • des aides après une hospitalisation

Connaître mon organisme de retraite

Lire l'article
Seniors
Les solutions d'hébergement médicalisé
Tous savoir sur les hébergements médicalisés

Des établissements adaptés à votre vulnérabilité

Les EHPAD sont des maisons de retraite médicalisées pour les personnes de 60 ans et plus, en perte d’autonomie avancée. L’objectif est de vous soulager de toute tâche pénible dans vos activités quotidiennes. En fonction de votre état de santé, des soins sont assurés, même si vous souffrez d’une pathologie complexe comme la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer.

L’accueil débute par l’établissement d’un projet individualisé

Chaque personne est différente. C’est pourquoi un projet d’accompagnement individualisé est défini lors de votre admission. Il se compose d’un projet de soin et d’un projet de vie. Ils sont établis avec le médecin coordinateur et le directeur de l’établissement. C’est un moment de discussion important pour la famille et le résident, afin de faire part de vos attentes.

Lors de votre séjour, vous avez accès à des prestations d’assistance

Pour l’hébergement, vous disposez d’un espace individuel doté de sanitaires. Des chambres doubles sont aussi proposées, notamment pour les couples. L’EHPAD fournit également les services de restauration (trois repas et deux collations) et de blanchisserie.

L’équipe vous assiste dans la réalisation des gestes de la vie quotidienne (hygiène, habillement, déplacements…). Des activités accessibles sont proposées pour animer la journée et faciliter le lien entre les résidents.

Vous bénéficiez d’une surveillance médicale

Un médecin coordinateur est présent à temps plein ou à mi-temps. Votre médecin traitant peut également continuer à vous rendre visite. L’équipe de soins est pluridisciplinaire et se compose d’infirmiers, d’aides-soignants, d’aides médico-psychiques, d’accompagnants éducatifs et sociaux et d’intervenants psychoéducatifs.

Les EHPAD sont-ils tous identiques ?

On compte 7700 EHPAD en France, relevant du secteur public (50%), associatif (25%) et privé commercial (25%). Chaque structure définit son propre projet d’établissement. Il évolue en suivant les recommandations du Conseil de la vie sociale composé de membres élus par les résidents et les familles. Il existe aussi des labels qualité, qui reconnaissent la qualité de vie dans l’établissement. Ils apportent des garanties supplémentaires sur la bienveillance accordée aux résidents.


Comprendre les tarifs appliqués en EHPAD

La question des coûts est importante pour choisir votre EHPAD. Chaque établissement décompose ses tarifs en 3 volets :

Le tarif ou forfait hébergement

Il comprend : l’accueil hôtelier, la restauration, la blanchisserie, des animations. Attention, certains services peuvent être proposés en option et sont donc facturés en plus.
Qui le prend en charge ? Le pensionnaire et sa famille
Quelles aides sont disponibles ? Sous condition de ressources : Aide sociale à l’hébergement, Aide Personnalisée au logement

Le tarif Soins

Il comprend : les prestations médicales et paramédicales, les soins d’hygiène, d’entretien, de confort et de continuité de la vie.
Qui le prend en charge ? La Sécurité sociale. Attention pour certains soins spécialisés, des dépassements sont possibles à anticiper auprès de sa mutuelle.

Le tarif dépendance

Il comprend : les prestations d’aide, d’accompagnement et de surveillance liées à la perte d’autonomie (intervention de personnel qualifié). Il est calculé en fonction du degré de dépendance des personnes.
Qui le prend en charge ? Le pensionnaire et sa famille
Quelles aides sont disponibles ? Allocation Personnalisée à l’Autonomie (APA)

Le saviez-vous

Si vous êtes imposable, vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôt à hauteur de 25% des sommes versées à l’établissement, jusqu’à un plafond annuel, déduction faite des aides perçues.

Lire l'article
Seniors
Hospitalisation
Handicap
Les différentes aides
Tous savoir sur les différentes aides auxquelles vous avez droit

Vous avez besoin d’un soutien au quotidien

Ces aides sont destinées à vous faciliter la vie lorsque votre autonomie ne vous permet plus de réaliser certains gestes quotidiens. Elles contribuent essentiellement au maintien à domicile. Seul un certain nombre de services sont pris en charge.

Un conseil : avant d'engager une dépense importante, pensez à demander une aide. Dans certains cas, vous pouvez même le faire en urgence, si vous faites face à un besoin inattendu.

Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA)

L’APA contribue au financement de services pour faciliter le quotidien des personnes âgées en perte d’autonomie. Vous pouvez la solliciter pour une aide à domicile ou en établissement.


Conditions : Avoir plus de 60 ans – Un degré d’autonomie GIR 1 à 4 - Ressources - Résidence.


Contacts : Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) - CLIC


Plan d’Action Personnalisé

C’est une aide financière attribuée aux personnes âgées autonomes ne bénéficiant pas de l’APA mais rencontrant des difficultés dans leur quotidien.


Conditions : 55 ans au moins – Un degré d’autonomie GIR 5 et 6 - Ressources - Résidence.


Contact : Caisse de retraite


L’aide-ménagère au titre de l’aide sociale

Si vous avez des difficultés à réaliser des tâches quotidiennes, un soutien peut vous être attribué pour financer une aide à domicile. L’aide-ménagère concerne les personnes âgées n’étant pas éligibles à l’APA et ayant de faibles ressources.


Conditions : 65 ans au moins (ou 60 ans reconnu inapte au travail) – Un degré d’autonomie GIR 5 et 6  - Ressources - Résidence


Contact : Centre Communal d’Action Sociale (CCAS)



Défiscalisation et crédit d’impôt pour les services à la personne

Vous pouvez recourir à des services d’aide à la personne pour compenser votre perte d’autonomie ou celle de votre proche. Vous déduisez de vos impôts la moitié des sommes dépensées. Si vous êtes non imposable, cette somme vous est remboursée par les impôts. On parle alors de crédit d’impôt.


Vous souhaitez compléter votre revenu

Lorsque votre revenu est faible, vous pourriez bénéficier d’un complément. Ces aides ne sont pas attribuées pour des dépenses en particulier, vous donnant plus de liberté dans la gestion de votre budget.

L’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH)

L’AAH est un revenu minimum attribué aux personnes en situation de handicap. Elle peut être versée en intégralité ou compléter une autre source de revenu.


Conditions : Âge - Nationalité - Taux d’incapacité - Ressources


Contact : Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH)



Allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa)

Cette allocation complète le revenu des personnes âgées ayant un niveau faible de ressources. Elle peut également être perçue par une personne en situation de handicap.


Conditions : Au moins 65 ans – Ressources


Contacts : Caisse de retraite, Centre Communal d’Action Sociale (CCAS)

Vous recherchez une aide pour vous loger

Que ce soit à domicile, en établissement, en résidence… il est possible de percevoir une aide quand vos ressources sont insuffisantes pour faire face au coût de l’hébergement. Attention, certaines aides dépendent du conventionnement de l’établissement alors n’hésitez pas à faire préciser ce point par le bailleur.

Aide Personnalisée au Logement (APL) et Aide au Logement Social

L’Aide Personnalisée au Logement et l’Aide au logement social prennent en charge une partie de votre loyer ou des mensualités d’emprunt si vous êtes propriétaire. Les personnes âgées résidant en établissement peuvent en bénéficier. Pour percevoir l’APL, le logement ou la chambre en établissement doivent être conventionnés. S’ils ne le sont pas, il est possible de demander l’ALS.


Conditions : Situation familiale – Lieu de résidence - Ressources


Contacts : Caisse d’Allocations Familiales (CAF) - Sécurité sociale agricole (MSA)



L’Aide sociale à l’hébergement (ASH)

L’Aide sociale à l’hébergement est attribuée aux personnes âgées pour les aider à financer l’hébergement en établissement (EHPAD, USLD) ou en accueil familial.


Conditions : Lieu de résidence – Vos ressources et celles de vos proches


Contact : Centre Communal d’Action Sociale (CCAS)

Vous souhaitez adapter ou équiper votre logement

Vous souhaitez rester à votre domicile mais son aménagement vous pose des difficultés. Vous pouvez solliciter des aides pour en faire un lieu plus sûr et plus adapté à vos capacités. Elles s’ajoutent à des aides au quotidien également mobilisables comme l’APA et la PCH.

Les aides de l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH)

L’Agence Nationale de l’Habitat prend en charge de 35% à 50% du montant des travaux destinés à améliorer votre logement. L’importance de l’aide s’adapte à votre niveau de ressources.


Conditions : Logement – Niveau de dépendance - Ressources


Contact : ANAH



L’Assurance maladie et votre complémentaire santé

Certains équipements techniques sont pour partie pris en charge et donc remboursables. Ils doivent faire l’objet d’une prescription médicale. La prise en charge ne dépasse pas un certain plafond, alors demandez toujours un devis et l’avis de votre mutuelle.


Conditions : Prescription médicale


Contacts : CPAM – Votre mutuelle


Vous avez besoin d’aide à votre retour d’hospitalisation

L’Aide au Retour à Domicile après Hospitalisation (ARDH) est destinée aux retraités de plus de 65 ans, qui ont besoin d’un temps de réadaptation à domicile, suite à un séjour à l’hôpital. Cette aide prend en charge une partie des frais d’aide à domicile, dans la limite de 1800 euros par mois. La CPAM, votre mutuelle ainsi que les Caisses de retraite proposent également des aides si vous n’êtes pas éligible à l’ARDH.


Contacts : Services social hospitalier – CPAM – Mutuelle – Caisse de retraite

Lire l'article
Seniors
La perte d'autonomie : ça arrive quand et comment ?
La perte d’autonomie se reconnaît quand les gestes habituels du quotidien deviennent compliqués ou impossibles.

La perte d’autonomie en quelques mots

La perte d’autonomie se définit comme l’incapacité de réaliser des gestes de la vie quotidienne. Jusque-là, se lever, s’habiller, faire sa cuisine ou suivre une discussion n’était pas un problème. Mais dans certaines circonstances, cet équilibre est rompu. Certaines tâches sont pour vous ou pour un proche plus pénibles voire impossibles à réaliser.

Une conséquence du vieillissement

La perte d’autonomie est une conséquence naturelle du vieillissement. Chacun vieillit à son rythme. A 70 ans, certaines personnes sont en très bonne santé, d’autres ont besoin d’un soutien quotidien. Avec l’âge, le corps devient plus vulnérable et certaines de ses facultés sont affaiblies : altération des sens, trous de mémoire, faiblesse musculaire, troubles cardiaques… C’est un changement déstabilisant qu’il est important d’accompagner, pour qu’il soit le moins perturbant possible.

Les maladies qui augmentent le risque de dépendance

Certaines maladies affectent provisoirement ou durablement l’autonomie de la personne malade.

  • Les maladies dites neurodégénératives (Alzheimer, Parkinson…) entraînent des difficultés accrues à maîtriser son environnement.
  • Les maladies touchant les articulations (arthrose, fractures… ) provoquent des pertes de mobilité.
  • Certaines maladies s’accompagnent de séquelles, le patient ne récupérant pas totalement son autonomie. Un accident vasculaire cérébral (AVC) peut provoquer une perte du langage, de la vision, de la mobilité… plus ou moins durable.
  • Les maladies chroniques comme l’asthme, le diabète, le cancer… peuvent également entraver certaines activités quotidiennes.

Accompagner au quotidien la perte d’autonomie

Que ce soit en raison de l’âge ou d’une maladie, la perte d’autonomie évolue différemment d’une personne à l’autre. C’est pourquoi, si vous y êtes confronté, il est important de mettre en place un accompagnement personnalisé. Il ne faut pas se résigner, retarder la mise en place d’aide ou rester isolé. Au contraire, beaucoup de personnes dépendantes découvrent avec surprise qu’une aide existe pour résoudre un problème qui paraissait insurmontable.

67,1 milliards d’euros

C’est le montant total de la contribution des finances publiques à la compensation de la perte d’autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées en 2017.
Source : Les chiffres de 2019 de l’autonomie

Lire l'article
Hospitalisation
Je réalise ma préadmission en vue de mon hospitalisation
La préadmission permet de réduire le temps d'attente et faciliter les démarches le jour de l'admission.

Je réalise ma préadmission en vue de mon hospitalisation

La préadmission permet de réduire le temps d'attente et faciliter les démarches le jour de l'admission. Elle doit être faite environ 10 jours avant l'admission, après consultation d'un chirurgien ou d'un anesthésiste. Dans le cas où le dossier de préadmission n’a pas été rempli, l’admission à l’hôpital pourra être reportée.

Vous pouvez constituer au préalable votre dossier administratif grâce à cette préadmission au bureau des inscriptions. Si vous souhaitez une chambre privée, vous devez en faire la demande avant l'admission. Elle est attribuée en fonction des disponibilités.

Pièces à présenter au bureau des préadmissions :

• Carte Vitale et attestation.

• Pièces d’identité valide (carte d’identité ou passeport ou carte de séjour ou extrait d’acte de naissance ou livret de famille)

• Carte d’affiliation à votre mutuelle et prise en charge de celle-ci

• Attestation de l’employeur pour accident du travail

• Attestation de l’aide médicale

• Carte Européenne pour les ressortissants étrangers de la CEE.

• Formulaire SE352 pour les ressortissants d’Algérie.

• Une copie de la décision pour les patients sous tutelle ou curatelle.

• Pour les patients sous tutelle : les 2 consentements éclairés signés par le tuteur impérativement.

Pour les mineurs :

• Autorisation d’opérer signée par les deux parents.

• Et les 2 consentements éclairés signés par les 2 parents (consentement de chirurgie et d’anesthésie) ou 1 seul consentement signé avec la décision du juge concernant la garde des enfants (pour les parents non mariés ou séparés)

• Et les pièces d’identité des deux parents

• Et OBLIGATOIREMENT le livret de famille ou l’éventuelle décision de justice (décision du juge des affaires familiales, ordonnance du juge des enfants…) pour les familles monoparentales, parents séparés ou divorcés.

Votre préadmission directement en ligne pour gagner du temps

En cas d’hospitalisation programmée ou si vous devez aller à l’hôpital pour une consultation médicale, un service numérique vous permettant de réaliser vos démarches à distance sont proposés par un grand nombre d’établissement hospitalier, en ligne sur leur site internet.

La préadmission en ligne vous permet d’éviter des déplacements et des contacts inutiles. Un formulaire de préadmission est disponible sur l’ « espace patients » du site internet de l’établissement hospitalier et permet de collecter l’ensemble des informations qui serviront à compléter la partie administrative de votre dossier patient et en particulier la prise en charge par l’Assurance maladie ou votre complémentaire de vos dépenses de santé.

La transmission préalable des éléments administratifs de votre dossier patient vous permet le jour de votre passage à l’hôpital d’être dirigé directement vers le service médical qui vous prendra en charge, et ainsi de gagner en temps et en sérénité.

Lire l'article
Hospitalisation
Je suis mes droits et mes remboursements de frais médicaux
Tout savoir sur la prise en charge des frais liés à l'hospitalisation.

La prise en charge par l’Assurance Maladie (ou Sécurité Sociale)

L’hospitalisation dans un hôpital public ou une clinique conventionnée permet la prise en charge des frais à hauteur de 80%. Celle-ci couvre aussi bien les soins réalisés durant l’hospitalisation que les consultations nécessaires en amont comme la consultation d’anesthésie ou après comme la consultation post-opératoire avec le chirurgien. Vous pouvez suivre ces remboursements sur le site Ameli.fr, dans votre espace personnel.

Dans certains cas telle qu’une hospitalisation dans le cadre d’une maladie reconnue comme Affection de Longue Durée (ALD) ou à partir du mois de grossesse, la prise en charge des frais par l’Assurance Maladie est de 100%. Ces situations ouvrent également la mise en place du tiers payant automatique. C’est-à-dire que vous n’aurez pas a avancer les frais, l’Assurance Maladie se charge de verser directement le montant des soins aux praticiens (hors dépassement d’honoraires).

 

La prise en charge par la complémentaire santé (ou mutuelle)

En fonction de votre contrat de garantie, la complémentaire santé peut prendre en charge les 20% des frais liés à l’hospitalisation restants. Elle peut également couvrir les dépassements d’honoraires appliqués par les praticiens des cliniques privées, les suppléments pour confort personnel (chambre individuelle par exemple) et le montant du forfait hospitalier (20€/jour d’hospitalisation).

Pour faire le point sur votre couverture, pensez à contacter votre assistance (numéro inscrit sur votre carte de mutuelle) en amont de l’intervention et à transmettre à votre mutuelle les devis fournis le cas échéant pour anticiper votre reste à charge éventuel.

Une fois l’intervention réalisée,vous pouvez suivre vos remboursements directement sur l’application de votre mutuelle si elle en a une ou sur leur site dans votre espace adhérent. Si vous en avez fait la demande, vous recevrez également le détail de ces remboursements par voie postale.

Bon à savoir

Si vous n’avez pas de complémentaire santé et ne rentrez pas dans les critères d’exonération ou de prise en charge à 100% des frais par l’Assurance Maladie, vous pouvez toutefois déposer une requête auprès de cette dernière pour bénéficier d’une prise en charge totale ou partielle de votre reste à charge au titre de l’action sanitaire et sociale. Pour cela contacter votre caisse de proximité.

Lire l'article
Hospitalisation
Je prépare ma valise en vue de mon hospitalisation
Trouvez la check-list de tous les papiers nécessaires, éléments de dossier et contenu de votre valise pour ne rien oublier l’hors de votre arrivée à l’hôpital.

Vous trouverez ci-dessous la check-list de tous les papiers nécessaires, éléments de dossier et contenu de votre valise pour ne rien oublier l’hors de votre arrivée à l’hôpital.

Papiers nécessaires pour toutes les formalités :

  • pièce d’identité (carte d’identité, passeport, carte de résident…),
  • carte vitale,
  • attestation de droits à jour,
  • carte de mutuelle ou attestation d’assurance complémentaire santé,
  • notification d’attribution de l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie), le cas échéant.

Dossier médical complet :

  • résultats des derniers examens réalisés (radios, IRM, scanners, ECG, analyses de sang…),
  • carnet de santé,
  • carte de groupe sanguin,
  • les traitements en cours (ordonnances) et antécédents médicaux,
  • les coordonnées du ou des médecins traitants.

Vêtements confortables pour le séjour à l’hôpital :

  • sous-vêtements et chaussettes,
  • pyjama, chemise de nuit et robe de chambre,
  • jogging ou pantalon ample,
  • tee-shirts, pulls légers,
  • pantoufles ou claquettes,
  • châle ou écharpe,
  • lunettes (ou lentilles).

Pour la toilette :

  • savon, gel douche et shampooing,
  • brosse à dents et dentifrice,
  • nécessaire de rasage, cotons tiges,
  • déodorant, crèmes, maquillage,
  • les prothèses auditives et dentaires, ainsi que de quoi les entretenir,
  • sa canne ou son déambulateur si nécessaire (et notamment en cas d’une opération des articulations lors de l’hospitalisation).

Lire l'article
No items found.
Je mets en place mes prescriptions de soins
Selon la cause de votre hospitalisation, le recours à du matériel médical durant les jours ou semaines qui suivent votre sortie peut être nécessaire.

Les soins infirmiers

Les infirmiers et infirmières de ville ont pour mission la réalisation des pansements, injections ou encore bilans sanguins prescrits par votre médecin ou votre chirurgien. Dans le cas d’une hospitalisation programmée, ces documents vous ont peut-être été remis en amont de votre séjour.

Pour que votre séjour et votre retour à domicile se passent au mieux, il est préférable d’anticiper la recherche du professionnel qui assurera vos soins et de convenir avec lui des modalités (heure des soins, à domicile ou en cabinet…) avant votre hospitalisation.

La fourniture du matériel de soins (compresse, pansement) et des traitements injectables vous incombe. Une prescription vous a normalement également été remise par votre médecin. Néanmoins, faire le point avec votre infirmier avant de vous rendre en pharmacie vous permettra d’être sur qu’il n’y a pas d’oubli ou d’erreur et d’en référer à votre médecin le cas échéant.

Le matériel médical et les traitements

Selon la cause de votre hospitalisation, le recours à du matériel médical durant les jours ou semaines qui suivent votre sortie peut être nécessaire. Qu’il s’agisse de béquilles, orthèses, bas ou ceinture de contention… là encore, il est préférable de se les procurer en amont de l’intervention auprès de votre pharmacien car certains équipements nécessitent une prise de mesure et peuvent avoir besoin d’être commandés. N’hésitez pas non plus à demander à votre pharmacien de vous montrer comment utiliser le matériel et sollicitez votre infirmier pour vous aider à l’adapter le jour J.

Il est également conseillé d’anticiper l’achat des médicaments. En effet, il peut y avoir des délais d’approvisionnement et une hospitalisation, même programmée, est toujours source de fatigue voire de douleurs, vous serez dans de meilleures conditions de guérison si tout est déjà prêt à votre domicile.

La rééducation

En fonction de votre besoin, il est possible que votre médecin vous ait également prescrit des séances de rééducation avec un kinésithérapeute. Les conditions d’accès sont les mêmes que pour les soins infirmiers mais les kinésithérapeutes sont moins nombreux et les délais peuvent être long.

Les accompagnements spécifiques

Lors d’une hospitalisation dans le cadre d’une maladie chronique ou en cas de séquelles persistantes, votre médecin peut vous prescrire la réalisation d’un bilan de votre situation avec un spécialiste qui vous accompagnera dans les adaptations à apporter à vos habitudes de vie.

Quelques exemples de professionnels spécialisés :
• L’ergothérapeute pour l’adaptation du logement, véhicule, lieu de travail…
• Le diététicien pour améliorer votre alimentation
• Le tabacologue pour vous aider à arrêter de fumer

En fonction de votre pathologie et de ses conséquences sur votre vie quotidienne, votre médecin pourra également vous orienter vers un programme d’éducation thérapeutique du patient (ETP).

Lire l'article
Hospitalisation
Je prends un transport pour rentrer chez moi
Selon votre situation, vous pouvez bénéficier d’une prise en charge et d’un remboursement de votre transport dit sanitaire par la CPAM.

Vous avez fait l’objet d’une hospitalisation (entrée et/ou sortie de l’hôpital), d’une durée complète, partielle ou ambulatoire, selon votre situation, vous pouvez bénéficier d’une prise en charge et d’un remboursement de votre transport dit sanitaire par la CPAM (Caisse Primaire d’Assurance Maladie).

Les transports :

Ils sont pris en charge dans la mesure où une prescription médicale de transport est établie et s’ils remplissent les conditions suivantes :

  • l’entreprise de transport sanitaire (ambulance, VSL : véhicule sanitaire léger) est agréée par l’ARS, conventionnée par l’assurance maladie et bénéficie d’une autorisation de mise en service de son véhicule
  • ou le taxi est conventionné.

La prescription médicale :

Celle-ci est délivrée par un médecin qui a deux formulaires à sa disposition :

  • prescription simple,
  • prescription avec demande d’accord préalable

Elle doit préciser le motif du déplacement et justifier le moyen de transport.

Elle doit également être établie avant que le transport sanitaire n’ait eu lieu.

Le taux de prise en charge du transport et reste à charge du patient :

Lorsqu’ils sont prescrits par un médecin et correspondent aux situations où ils peuvent faire l’objet d’une prise en charge, les frais de transport sanitaire bénéficient d’un remboursement à hauteur de 65% par la Sécurité sociale. Les 35% restants peuvent faire l’objet d’un remboursement partiel ou total par une complémentaire santé (mutuelle ou assurance) si vous en disposez.

Bon à savoir : une franchise médicale est appliquée sur les transports sanitaires. Son montant est de 2 euros par trajet (1 aller/retour = 2 franchises = 4 euros) avec un plafond journalier de 4 euros par jour et par transporteur pour un même patient.

À noter également que la franchise médicale s’applique sur les transports sanitaires remboursés et qui ont été effectués en taxi conventionné, en VSL ou en ambulance. Elle ne s’applique ni aux transports en véhicule personnel, ni aux transports en commun, ni aux transports d’urgence (appel du SAMU centre 15)

Lire l'article
Hospitalisation
Je nécessite une hospitalisation à domicile (HAD)
L’hospitalisation à domicile est une prise en charge hospitalière au domicile du malade ou en structure d’hébergement (EHPAD par exemple).

Le principe de l’hospitalisation à domicile

L’hospitalisation à domicile est une prise en charge hospitalière au domicile du malade ou en structure d’hébergement (EHPAD par exemple). Elle peut remplacer ou suivre un séjour en hôpital.  Elle s’adresse à des personnes souffrant de pathologies aigües graves ou chroniques. Les soins sont plus complexes et plus fréquents que les soins habituellement délivrés à domicile.

Comment se déroule une hospitalisation à domicile ?

L’HAD est prescrite par le médecin hospitalier ou le médecin traitant. Ce dernier doit donner son accord. Il assure le suivi des soins en lien avec le médecin coordonnateur de l’HAD. Au préalable, les conditions de vie au domicile du patient sont évaluées. Des aménagements sont parfois nécessaires comme l’installation d’un lit médicalisé.
Une équipe soignante pluridisciplinaire se relaie pour délivrer les soins et surveiller l’évolution du patient. Un numéro d’appel est joignable 24h/24 7j/7. Une ré-hospitalisation du patient en établissement est toujours possible si l’état de santé du patient le requiert.

La prise en charge financière de l’HAD

Comme une hospitalisation en établissement, l’HAD est prise en charge à 80 % par l'Assurance maladie. Les personnes souffrant d’une affection de longue durée sont couvertes à 100 %. Les dépenses liées à l’HAD comme l’achat ou la location d’un lit médicalisé sont prises en charge par l’Assurance maladie et la mutuelle. Condition importante : elles doivent faire l’objet d’une prescription médicale.

Bien anticiper l’implication de la famille

Même si un suivi est organisé, le personnel médical n’est pas présent en permanence. Il est donc important d’anticiper le degré d’implication des proches, tant au niveau pratique qu’émotionnel. Il peut être éprouvant d’accompagner une personne souffrant d’une maladie lourde. Cela demande également d’organiser une aide pour le quotidien :

• des aides à domicile par exemple pour le ménage, la toilette, les repas adaptés,

• des aides pour aménager votre domicile et le rendre plus fonctionnel,

• des moments de répits pour les personnes aidantes.

Lire l'article
Seniors
Handicap
Je dois prendre un traitement durant une longue période
Comment évitez les oublis et le risque d’une rupture dans votre traitement ?

Optez pour le pilulier semainier

Un jour fixe dans la semaine, préparez vos piluliers pour toute la semaine. Cela permet de faire le point sur votre stock et de prévoir votre visite chez le pharmacien, ou chez le médecin si votre ordonnance doit être renouvelée. Ainsi vous éviter les oublis et le risque d’une rupture dans votre traitement : c'est ce qu’on appelle la bonne observance médicamenteuse. Si vous n'êtes pas à l'aise pour le faire seul, demandez à votre pharmacien s'il peut vous aider, sinon un infirmier à domicile, sur prescription de votre médecin traitant, peut également venir préparer votre semainier directement chez vous.

Réalisez un pense bête

Les médicaments, plutôt avant, pendant, ou après le repas ? Peut-on écraser les comprimés ? Y-a-t-il des aliments incompatibles avec les traitements ? Quand on prend plusieurs médicaments en même temps, il est vite facile de s’y perdre ! Afin d’éviter les confusions, faites un petit tableau de vos traitements. C’est facile et c’est également pratique pour vos proches ou votre aide à domicile si ce sont eux qui gèrent vos traitements :

• Colonne 1 : le nom du médicament (une photo en plus c’est bien, surtout si vous utilisez un pilulier)

• Colonne 2 à X : les conditions de prise (vous pouvez réaliser cette partie avec votre pharmacien)

Puis glissez le tableau dans votre semainier ou accrochez-le sur le frigo par exemple.

Organisez votre armoire à pharmacie

En comprimé, en gélules, en sirop, à diluer dans l’eau, sous forme de crème, de gouttes, de spray… Si les formes sont multiples et variées, les médicaments, pour la plupart, peuvent être rangés sur trois étagères différentes dans votre armoire à pharmacie :

Étagère 1 - Pour traiter votre maladie chronique. Ce sont vos médicaments du quotidien, ils sont prescrits par votre médecin pour une durée longue (plus de 6mois).

Étagère 2 - Pour soulager des symptômes occasionnels. Le mal de tête, la douleur dans le bas du dos, l’irritation de la gorge… Ce sont les médicaments, pris ponctuellement et sans durée particulière, qui peuvent être prescrits par votre médecin mais sont également accessibles sans ordonnance, on parle alors d’automédication.

A noter : l’automédication est fortement déconseillée, d’autant plus si vous prenez des médicaments au quotidien pour une maladie chronique. De plus, les douleurs et autres petits maux sont souvent la conséquence d’un problème sous-jacent : autre maladie, problème de dosage dans vos traitements actuels, allergies… S’ils apparaissent, il vaut mieux faire le point avec votre médecin ou votre pharmacien avant de prendre des médicaments par vous-même.

Étagère 3 - Pour soigner une maladie aigue ou saisonnière. Ce sont surtout les antibiotiques qui rentrent dans cette catégorie. Ces médicaments sont délivrés uniquement sur prescription médicale, sont prescrits pour une durée courte (moins de 3 mois) et précise dans le temps.

Il est important de respecter à la lettre cette durée : ni plus – ni moins. Si la durée du traitement prescrit par votre médecin est terminée et qu’il vous reste des médicaments, alors ils n’ont plus rien à faire dans votre armoire et vous devez les rapporter en pharmacie pour éviter les erreurs !

Lire l'article
Hospitalisation
J’ai besoin de soins en hôpital de jour (HDJ)
Les soins en hôpitaux de jour concernent préférentiellement les personnes atteintes de maladies durables.

A qui s’adresse l’hôpital de jour

Les soins en hôpitaux de jour concernent préférentiellement les personnes atteintes de maladies durables nécessitant un accompagnement par une équipe pluriprofessionnelle régulier, mais qui par ailleurs ont la capacité de mener leur vie à domicile de façon autonome.

Quelques exemples d’activités et de soins réalisés en HDJ :

• Séances de chimiothérapie et soins de support pour une femme souffrant d’un cancer du sein

• Accompagnement par une équipe pluridisciplinaire (psychiatre, infirmier, atelier d’art-thérapie) pour une personne atteinte de schizophrénie

• Programme d’éducation thérapeutique du patient (ETP) pour une personne suite à un infarctus du myocarde (crise cardiaque)

Un des avantages de ce dispositif est qu’il offre la possibilité aux personnes de suivre des ateliers collectifs ou de participer à des groupes de parole avec d’autres patients dans la même situation.

Mise en place et déroulement

Le recours à l’hôpital de jour peut être initié directement à la suite d’une hospitalisation classique ou à l’occasion d’un bilan avec votre médecin traitant quant à l’évolution de votre maladie. Dans tous les cas, l’admission en HDJ se fait sur prescription médicale.

Il peut s’agir d’une journée entière ou d’une demi-journée, avec ou sans récurrence dans le temps. Le protocole et le planning sont établis en concertation avec le médecin adresseur, le patient et l’équipe de l’hôpital de jour selon la maladie et les besoins.

Souvent, l’hôpital de jour est adossé à un centre hospitalier ou un établissement de soins de suite et de réadaptation (SSR). Il s’agit en réalité plutôt d’un service spécifique au sein de ces structures. L’admission et le déroulement de la journée se passe alors comme pour une hospitalisation standard ou une consultation.

1. A votre arrivée, vous vous présentez à l’accueil qui remplira votre admission administrative et vous orientera vers le service d’HDJ.

2. Une fois dans le service, un entretien individuel avec un infirmier peut être réalisé et un espace pour vos affaires vous est attribué (ce peut être une chambre même si vous n’y passer que la journée).

3. Différents examens, traitements et ateliers seront réalisés au cours de la journée et animés par les professionnels de santé.

4. Dans le cas d’une journée complète, le repas est fourni.

5. A la fin de la journée vous rentrez chez vous !

En fonction de votre état de santé et de votre pathologie, il se peut que vous dépendiez du dispositif Affection de Longue Durée (ALD100%). Auquel cas, les soins sont intégralement pris en charge par l’Assurance Maladie et vous pouvez bénéficier d’un transport médicalisé pour vos allers-retours à condition qu’un bon de transport ait préalablement été rempli par le médecin qui vous adresse.

Lire l'article
Hospitalisation
Infographie Comment bien vous préparer à une hospitalisation ?
Découvrez une infographie pour savoir comment bien se préparer à une hospitalisation
Lire l'article
Handicap
Handicap : vos interlocuteurs pour le maintien et la recherche d’emploi
Retrouvez ici les bons interlocuteurs pour vos démarches de recherche ou maintien d'emploi.

Vous êtes en situation de handicap et souhaitez connaître l’ensemble des interlocuteurs à contacter pour trouver du travail, ou mettre toutes les chances de votre côté pour conserver votre emploi ? Alors vous êtes au bon endroit.

 

La reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH)

Premier point pour faciliter vos démarches : l’obtention de la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH), un préalable indispensable pour bénéficier des différentes aides[1] et dispositifs d’accompagnement de l’Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées(Agefiph)[2].

Si vous ne bénéficiez pas encore de la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH), vous pouvez vous faire aider par la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH)[3]pour remplir votre dossier. La MDPH reste votre première porte d’entrée pour accéder à vos droits[4]. Elle vous accompagne dans l’orientation et/ou la formation professionnelle. Cliquez sur ce lien pour trouver la MDPH de votre département. Vous trouverez sur cette page les informations pour remplir votre dossier en ligne.

L’ADAPT

L’ADAPT constitue une structure clé dans l’accompagnement[5],l’insertion et le maintien professionnel. Cette association propose notamment des formations. Cliquez sur ce lien pour prendre contact avec l’ADAPT de votre région, ou faîtes votre choix en fonction des filières proposées. A compter de vos 16 ans, vous bénéficierez d’un accompagnement personnalisé pour la recherche de votre emploi, votre embauche, le maintien dans l’emploi.

Différents contrats sont concernés : CDI/CDD, intérim, contrats aidés, contrats de professionnalisation, pour les situations de handicap physique comme psychique. Vous pouvez aussi être soutenu(e) par un parrain ou une marraine en contactant l’ADAPT au 01 48 10 12 45 ou à l’adresse mail asso@ladapt.net .

 

Votre médecin traitant

Autre personne clé, votre médecin traitant pour évoquer vos problématiques si votre poste n’était plus adapté à votre situation. Le médecin du travail pourra ensuite adresser des préconisations à votre employeur pour faciliter votre maintien dans l’emploi. Et vous pourrez être accompagné(e) dans le suivi d’une formation.

 

Cap Emploi

Cap Emploi peut vous orienter vers un nouveau métier et faciliter votre accès à la formation[6].Au-delà de la formation, votre conseiller pourra aussi vous soutenir dans l’évolution de votre projet professionnel. Il intervient également en cas de transition en prévention de la perte d’emploi.

Ce service vous accompagne dans l’obtention des aides de l’Agefiph, dans la mise en place de mesures d’aménagement(conditions de travail, ergonomie du poste…), de subventions. Cette structure peut aussi vous aiguiller vers des bilans de compétence, des formations et des soutiens adaptés à votre handicap (physique, psychique, visuel, auditif…).

Enfin, Cap Emploi peut vous donner accès à des offres d’emploi, vous aider à la rédaction de lettres de motivation et à la préparation d’entretiens d’embauche.

L'assistant(e) social(e)

L’assistant(e) social(e) notamment présent(e) si vous souhaitez bénéficier d’un contrat de rééducation professionnelle en entreprise (CRPE) : c’est-à-dire l’accès à des formations en interne ou en externe.

Objectif : se réadapter pour intégrer le poste actuel ou, si le handicap vous en empêche, vous reformer pour intégrer un autre poste/emploi.  Ce CDD est renouvelable une fois sur une période maximale de 18 mois. Le salaire brut du salarié est maintenu sur cette période. Cliquez sur cette page pour prendre connaissance des formalités de mise en œuvre du CRPE.

Votre employeur

Votre employeur est votre interlocuteur pour évoquer votre évolution professionnelle ou un reclassement au sein de votre entreprise. Des sujets à évoquer au cours de l’entretien professionnel obligatoirement prévu tous les deux ans.

 

Le référent handicap de votre entreprise, présent dans les entreprises de plus de 250 salariés. Vous pouvez échanger avec ce professionnel disponible pour vous accompagner dans toutes vos démarches (embauche, maintien dans l’emploi, orientation vers les structures de référence…).

Les services de prévention et de santé au travail (SPST) de votre entreprise sont aussi des interlocuteurs internes qui pourront vous accompagner dans votre quotidien professionnel pour assurer votre maintien à votre poste ou une éventuelle requalification de ce dernier.

L'Assurance maladie

L’Assurance maladie[7] peut vous informer sur la visite de pré-reprise, nécessaire si votre situation vous a éloigné du travail pendant plus de 3 mois et que vous souhaitez réintégrer votre poste. L’objectif étant ensuite que votre médecin du travail puisse vous proposer « un aménagement ou une adaptation de votre poste de travail, de votre temps de travail, une reconversion, une formation professionnelle pour faciliter votre réorientation professionnelle », détaille le site Ameli.fr.

 


ÉVÉNEMENTS :

  • Le DuoDay est organisée chaque année (le 17 novembre 2022 pour la prochaine édition). Objectif : « permettre à une personne handicapée de découvrir un métier lors d’une journée en entreprise en formant un duo avec un salarié d’une entreprise du milieu ordinaire », résume l’Agefiph.

  • Vous pouvez aussi participer à la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées (SEEPH). Un bon moyen pour entrer en contact avec des employeurs et dénicher des offres d’emploi du secteur privé. Il est aussi possible d’envoyer votre CV à l'association pour l'insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées (ADAPT) : les informations sont détaillées en ligne sur le site de la SEEPH.

  • Inclusiv’Day, un événement organisé le 3 juin 2022 vous permettant d’accéder à des conférences et réseaux professionnels.

RESSOURCES :

Vous souhaitez en savoir plus sur :

ANNUAIRES :

Vous souhaitez entrer en contact avec les structures et professionnels du handicap  ? C’est par ici.

  • Cliquez sur ce lien pour accéder à l’annuaire général monparcourshandicap.gouv.fr ;
  • Cliquez sur ce lien pour accéder à l’annuaire des antennes Agefiph.

Lire l'article
Handicap
Seniors
Handicap et perte d’autonomie chez la personne âgée
Après 60 ans, il peut être intéressant de faire le point sur ses aides en tant que personnes en situation de handicap.

L’APA, aide financière majeure

L’Allocation personnalisée d’autonomie (APA) est destinée à toute personne d’au moins 60ans présentant une perte d’autonomie. Elle sert à financer des services d'aide, s'équiper, se déplacer, adapter son domicile, payer des séjours en accueils de jours... L'APA peut aussi servir à payer le salaire de votre proche aidant (hors époux ou épouse, conjoint(e) ou pacsé(e)).

A savoir : L'APA existe également pour financer une partie du tarif dit "dépendance" appliqué par les établissements d'accueil médicalisés des seniors (EHPAD). La demande se fait avec les équipes de l'établissement au moment de l'inscription.

A savoir : si vous bénéficier de la PCH (prestation de compensation de handicap), elle n’est pas cumulable avec l’APA. En cas d’éligibilité aux deux dispositifs, il est intéressant de faire le point avant de réaliser votre demande.

L’aménagement du logement

Quelle que soit votre situation vous pouvez bénéficier d’une aide pour aménager ou équiper le mieux possible votre logement. Par exemple, grâce à l’aide financière “Habiter facile” de l’ANAH, vous pouvez effectuer des travaux et être accompagné durant cette phase. S’il s’agit d’équipements inscrits sur la Liste des Produits et des Prestations remboursables, ils sont pris en charge, tout ou partie, par l’Assurance Maladie.

 

La mobilité

La carte mobilité inclusion. Elle permet de faciliter les déplacements de la vie quotidienne. Trois mentions coexistent concernant la carte.

1.      « Invalidité »destinée aux personnes ayant un taux d’incapacité supérieur ou égal à 80%.

2.      « Priorité pour personnes handicapées »pour les personnes ayant un taux d’incapacité inférieur à 80% mais qui ont des difficultés à se maintenir debout.

3.     « Stationnement pour personnes handicapées » attribuée aux personnes ayant des difficultés à se déplacer à pied sur de grande distance ou nécessitant la présence d’un accompagnant dans les déplacements.

  

Les services à domiciles

Pour vous épauler dans les tâches du quotidien ou pour la réalisation de soins, les services d’aide à domicile comme l’aide-ménagère, le portage derepas ou encore la téléassistance peuvent vous permettre de rester à domicile dans les meilleures conditions possibles.

En savoir plus sur les dispositifs à destination des seniors, consulter la rubrique Soins et Services.

Lire l'article
Handicap
Guide Harmonie Mutuelle : Handicap au travail - Garantir l’accès ou le maintien dans l’emploi
Paroles d'Entrepreneurs - Accompagner et soutenir ses salariés
Lire l'article
Seniors
Face à la perte d'autonomie : premières pistes d'action
Sollicitez des aides humaines, techniques ou financières

Sollicitez des aides humaines, techniques ou financières

Être épaulé au quotidien, c’est possible. Un professionnel peut intervenir chez vous grâce aux services à la personne. Vous pouvez également résoudre un problème en trouvant le bon équipement technique. Tout cela a certes un prix mais il existe aussi des aides financières et fiscales. En faire la demande n’est pas si compliqué quand on s’adresse au bon interlocuteur.

Posez-vous la question : suis-je bien chez moi ?

Il est naturel de vouloir rester chez soi, quel que soit votre état de santé. Mais cela n’empêche pas d’aménager votre domicile pour s’y sentir toujours bien. Du tapis antidérapant aux travaux plus lourds, l’éventail de solutions est large. Prenez conseils auprès de professionnels de la dépendance pour bien choisir et connaître les aides disponibles.
Vous pouvez également choisir de vivre ailleurs pour vivre mieux. Un logement plus adapté, plus entouré, voire médicalisé est aussi parfois la meilleure réponse à la perte d’autonomie.

Évitez de rester seul

La perte d’autonomie provoque fréquemment un isolement accru : moins de sociabilité, moins de stimulations extérieures. Au final, votre moral et votre santé se dégradent davantage. C’est aussi vrai pour certains aidants. Ils n’ont plus de place dans leur emploi du temps pour s’occuper d’eux-mêmes.
Être dépendant ou être aidant ne signifie pas que vous deviez vous couper du monde. Des lieux d’accueil sont conçus pour vous proposer des activités et renouer du lien social, sans risque ou perte de confort. Pour les aidants, c’est l’occasion de bénéficier d’un temps de répit, un temps qui n’appartient qu’à soi.

L’expérience de Jean et Marcelle

Un jour, Marcelle est tombée, se blessant tout un côté (jambe et bras). Une opération n’est pas nécessaire. Elle reste cependant fragilisée et ne peut plus se déplacer comme avant.
Jean et Marcelle doivent faire des travaux dans la maison afin que Marcelle puisse continuer à vivre en toute autonomie. Les coûts sont trop importants. Sur les conseils de leur petit-fils, Jean et Marcelle font le choix de regarder les offres d’hébergement. Non loin de chez eux une résidence autonomie existe…. Ils vont faire une visite et se rendent compte que cette solution se rapproche de leur souhait et surtout offre les services nécessaires. De plus, financièrement, l’établissement est relativement modéré, cela reste donc en cohérence avec leur budget.

Lire l'article
Handicap
Enfance et handicap, un accompagnement évolutif
Le handicap chez l'enfant peut prendre différentes formes et se répercute dans tous les aspects de sa vie.

La reconnaissance du handicap

Le diagnostic de handicap doit d'abord être établi par un professionnel de santé (généraliste, pédopsychiatre...) pour faire reconnaître le handicap de l’enfant.

Une fois la reconnaissance effectuée, la maison départementale des personnes handicapées (MDPH) devient l’interlocuteur unique pour l’ensemble des démarches à mettre en place.

Les aides financières principales

L’Allocation d’Éducation de l’Enfant Handicapé (AEEH)

Il s'agit d'une prestation familiale versée par les caisses d’allocations familiales (Caf ou MSA pour les personnes qui relèvent du régime agricole). Cette allocation a pour but d’aider les familles à faire face aux frais supplémentaires qu’entraîne le handicap d’un enfant à charge de moins de 20ans. Cette allocation est octroyée sous condition de ressources et prend en compte l’âge et le degré de handicap de l’enfant.

L’Allocation journalière de présence parentale (AJPP)

Elle peut être versée si le parent s’occupe de son enfant gravement malade, accidenté ou handicapé. Il perçoit une allocation journalière pour chaque journée passée auprès de l’enfant (dans la limite de 22 jours par mois). L'AJPP peut être versée pour une période de 3 ans maximum. Cette allocation est soumise à certaines conditions telles que l’âge de l’enfant (moins de 20ans), le degré de handicap (attesté par un certificat médical) et la nécessité pour le parent d’interrompre son activité professionnelle au moyen d’un congé de présence parentale.

 

L’accès à l’éducation et au système scolaire

Selon le type et le degré de handicap de l’enfant, plusieurs modalités sont envisageables pour sa scolarité. Dans chaque département, une cellule d'accueil répond aux interrogations des familles concernant le parcours scolaire de leur enfant en situation de handicap. Un numéro vert unique 0 805 0805 110 (Information École Inclusive) permet de joindre, grâce à un serveur interactif et selon le besoin, soit la cellule départementale, soit la cellule nationale Aide handicap École.

L’école inclusive

Si le handicap de l’enfant le permet, celui-ci peut suivre son cursus en milieu dit ordinaire. Au préalable, un plan d’accompagnement personnalisé ou un projet personnalisé de scolarisation doit être constitué en lien avec la MDPH qui suit l’enfant, la famille et le corps enseignant de l’établissement d’accueil. Une auxiliaire de vie scolaire peut également être attribuée pour accompagner l’enfant durant la classe.

Les parcours spécialisés

En cas de handicap important ou nécessitant des soins médicaux fréquents, un parcours scolaire spécialisé et adapté au handicap peut être une meilleure solution pour l’enfant. Cette scolarisation peut s’effectuer dans des établissements spécialisés (Instituts Médico-Educatifs) ou à domicile grâce à des équipes pédagogiques et médicales (Services d’Education Spéciale et de Soins A Domicile).

Lire l'article
Aidants
Découvrir les aides à l'aidant familial, un véritable coup de pouce financier
Face à l'engagement que représente votre présence auprès d'un proche malade, âgé, handicapé ou dépendant, nous savons que les aides à l'aidant familial sont essentielles.

Face à l'engagement que représente votre présence auprès d'un proche malade, âgé, handicapé ou dépendant, nous savons que les aides à l'aidant familial sont essentielles. Vous l’aidez et l’accompagnez dans les tâches quotidiennes et administratives. Pourtant, les impacts de votre activité d’aidant sont souvent méconnus, surtout sur le plan financier. C’est pourquoi nous plaçons vos besoins au centre de nos préoccupations. Quels sont les dispositifs d’aides à l’aidant familial pour vous soutenir ? Quels sont vos droits et vos avantages ? Qu’en est-il de votre rémunération ? Nous vous apportons quelques éléments de réponse.



Quels sont les droits d’un aidant familial ?

Compte tenu de la difficulté à laquelle vous devez faire face en accompagnant votre proche dépendant, il nous tient à cœur que vous connaissiez tous vos droits. Être aidant familial est un statut aux nombreuses facettes.

Le droit au répit

Avez-vous parfois envie de vous libérer de vos engagements et de vous reposer ? Sachez que vous pouvez profiter d’un droit au répit. Celui-ci a été prévu par la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement qui est entrée en vigueur le 1er janvier 2016. Cette aide à l’aidant familial permet aux proches aidants de personnes handicapées ou de personnes âgées d’autonomie réduite de prendre du repos dans leur activité d’accompagnement afin de se ressourcer.

Le droit au congé

Vous conciliez à la fois vos engagements d’aidant avec un statut de salarié ? Sachez que vous avez droit à des congés. Cette aide à l’aidant familial vous permet d’interrompre temporairement votre activité professionnelle pour que vous disposiez du temps nécessaire pour vous occuper de votre proche. Vous pouvez de ce fait prétendre à un :

  • Congé de proche aidant : qui vous permet d’arrêter de travailler pour vous occuper d’un proche en situation de handicap ou en perte d’autonomie grave. Durant ce congé de 3 mois renouvelables, vous bénéficiez d’un temps précieux pour vous rapprocher du malade tout en maintenant votre emploi. Vous percevez également une allocation journalière du proche aidant (AJPA) d'environ 50 € si vous êtes seul ou 40 € si vous vivez en couple.
  • Congé de solidarité familiale : qui vous permet de rester aux côtés de votre proche gravement malade et en fin de vie. Grâce à ce congé sans solde de 3 mois maximum, vous pouvez l’accompagner dans ses derniers moments. En parallèle, vous touchez l'allocation journalière d'accompagnement d'une personne en fin de vie, au montant avoisinant les 55 €.
  • Congé de présence parentale : qui vous donne la possibilité d’interrompre momentanément votre activité professionnelle pour prendre soin d’un enfant de moins de 20 ans qui est malade ou handicapé, et qui nécessite l’aide d’un aidant familial. Ce congé vous permet de bénéficier de l'allocation journalière de présence parentale (AJPP) d'environ 50 €, à moduler selon votre situation (seul ou en couple).

Pour que vous puissiez accompagner votre proche dans de meilleures conditions, pendant la durée de ces congés, le contrat de travail est suspendu. Vous gardez tous les avantages que vous avez acquis dans votre emploi avant votre congé tels que votre ancienneté, vos primes, votre niveau de salaire, etc.

Le droit à la retraite

Vous avez interrompu votre activité professionnelle pour vous occuper d’une personne handicapée en tant que proche aidant ? Grâce au droit à la retraite, vous bénéficiez d’une retraite à taux plein à 65 ans au lieu de 67 ans. Depuis octobre 2020, votre affiliation gratuite à l’assurance vieillesse du régime général se fait de manière automatique. De plus, votre indemnité de congé sera automatiquement prise en compte au titre des droits à la retraite, sans aucune formalité à faire.

Le droit à la formation et à l’accompagnement

Être un proche aidant, c’est accompagner au quotidien une personne en perte d’autonomie et majoritairement lui administrer des soins qu’elle ne saurait faire elle-même. Grâce à des formations dispensées par des professionnels médicaux, vous serez capable d’effectuer les gestes de premiers secours, de fournir un soutien psychologique efficace ou des soins en rapport à la toilette des personnes en perte d’autonomie. Par ailleurs, nous sommes à votre disposition pour vous aider à définir les meilleures solutions d'accompagnement personnalisé.



Quelles aides financières pour les aidants familiaux ?

Votre engagement en tant que proche aidant entraîne des coûts financiers parfois non négligeables. Certains d’entre vous font face à une diminution ou même une perte de revenu pour accompagner convenablement vos proches. Nous vous présentons les meilleurs dispositifs destinés à aider les aidants familiaux financièrement.

L’allocation journalière du proche aidant (AJPA)

L’allocation journalière du proche aidant est une somme d’argent qui indemnise votre congé à hauteur de 66 jours. Mise en place depuis le 30 septembre 2020, cette aide à l'aidant familial est versée par les Caisses d’allocations familiales, ou les Caisses de mutualité sociale agricole pour ceux d'entre vous qui relèvent du régime agricole. Elle est accordée sous certaines conditions.

Elle s’adresse à vous, les proches aidants d’une personne en situation de handicap, de dépendance ou de perte d’autonomie d’une particulière gravité, que vous soyez :

  • Salarié ;
  • Fonctionnaire ;
  • Travailleur indépendant qui a réduit ou interrompu son activité ;
  • Chômeur indemnisé suspendant sa recherche d’emploi pour accompagner un proche.

Les avantages fiscaux des personnes aidantes

Sachez que vos efforts et votre participation financière au maintien à domicile de la personne en perte d’autonomie peuvent être compensés dans une certaine mesure. Parmi les aides à l’aidant familial, il y a les différents avantages fiscaux permettant d’alléger vos charges. On peut citer notamment :

  • Un crédit d’impôt de 50 % pour la rémunération d’un salarié à domicile ou d’un prestataire de services à la personne ;
  • Un crédit d’impôt de 25 % pour l’installation d’équipements de sécurité, d’accessibilité ou sanitaires dans la résidence principale de l’aidé ;
  • Une déduction forfaitaire pour l’accueil d’une personne ayant plus de 75 ans ;
  • Des exonérations de cotisations sociales pour les dédommagements.



Quelles compensations financières pour aider les aidants familiaux ?

Durant cette situation délicate, sachez que vous pouvez bénéficier de différentes aides à l’aidant familial. En effet, pour compenser votre perte de revenus ou vos dépenses financières liées à votre activité d’aidant, l’aidé peut vous rémunérer en fonction de sa situation. Découvrez alors les différentes rémunérations pour les aidants.

L’aidé perçoit l’allocation personnalisée d'autonomie (APA)

Il peut utiliser l’allocation personnalisée d’autonomie en rémunération pour vos services à condition que vous ne soyez pas son conjoint, son concubin ou son partenaire de Pacs. En dehors de ces cas, vous, aidant familial payé par l’APA, devenez employé en tant qu’aide à domicile, et l’aidé devient particulier employeur. Il peut alors entamer les démarches relatives à ce statut à l’aide du Chèque emploi service universel pour la déclaration d’un salarié à domicile, le CESU déclaratif.

L’aidé perçoit la prestation de compensation du handicap (PCH)

Il peut fournir une aide à la personne aidante sous forme de dédommagement ou de salaire. Vous, en tant que proche aidant, pouvez toucher un salaire à condition que :

  • Vous ne viviez pas en couple avec l’aidé ;
  • Vous ne soyez ni son père, ni sa mère, ni un de ses enfants ;
  • L’aidé ne soit pas non plus une personne à la retraite ou qui exerce une activité professionnelle à temps plein.

L’aidé devient alors ici un particulier employeur. Si en revanche vous ne répondez pas à ces critères, le proche dépendant peut utiliser la PCH pour vous dédommager à raison de 50 % du SMIC horaire net applicable aux emplois familiaux. Cela correspond à environ 4 € par heure, ou 6 € par heure si l'aidant a dû mettre fin à son activité professionnelle.

L’aidé ne perçoit ni l’APA ni la PCH

Il peut toujours venir en aide à l’aidant familial financièrement avec ses propres ressources, si celles-ci lui permettent. C’est le cas par exemple si l’aidé a souscrit une assurance dépendance, la rente qu’il perçoit peut l’aider à financer votre rémunération.

Lire l'article
Hospitalisation
Comment s'organiser en cas d'hospitalisation ?
Lors d’une hospitalisation, la guérison et le rétablissement se jouent aussi après l’hôpital.

Dès l’hôpital, consultez le service social hospitalier

En coopération avec l’équipe de soins, le service social hospitalier oriente les patients pour préparer leur sortie. Il recommande les établissements partenaires en dehors de l’hôpital, ainsi que les démarches administratives à accomplir. Le consulter le plus tôt possible permet de faire face aux délais de réservation de certains établissements.

Entre l’hôpital et votre domicile : les établissements SSR

La rééducation est parfois nécessaire après une hospitalisation. Le médecin hospitalier vous prescrit alors un séjour en établissements de soins de suite et de réadaptation (SSR). Ces centres - aussi appelés maisons de convalescence - sont une transition douce entre le milieu médical et le milieu de vie habituel.

Rééducation ou réadaptation ?
  • Les soins sont dits de rééducation lorsqu’ils vous aident à retrouver tout ou partie des capacités que vous aviez avant votre hospitalisation.
  • En revanche, il peut arriver que vous conserviez des séquelles à la suite d’une maladie ou d’un accident, on parle alors de soins de réadaptation. Ces soins vous permettent d’adapter vos gestes du quotidien à cette nouvelle situation de vie.
Bon à savoir

Un transfert direct de l’hôpital à l’établissement SSR ne nécessite pas de demande de prise en charge. En revanche, si vous passez par votre domicile, faites une demande de prise en charge.

Anticipez votre retour à domicile

Le passage en établissement SSR n’est pas systématique et des soins à domicile sont souvent nécessaires après une hospitalisation. Le médecin hospitalier doit vous remettre un document de sortie d’hospitalisation. Il s’agit des prescriptions indiquant les médicaments à prendre et les soins à accomplir ainsi qu’un compte-rendu à remettre à votre médecin traitant. Pour les soins post-hospitalier (injections, pansements) vous pouvez faire appel à un infirmier libéral ou à un centre de soins infirmiers.

Envisagez des aides/services à la personne

L’hospitalisation représente un moment stressant et vient perturber votre quotidien : qui va s’occuper de mes enfants ? garder mon chien ? arroser mes plantes ? De plus, l’hospitalisation affaiblit et certains gestes peuvent être plus compliqués à faire lorsque l’on rentre à la maison. Votre entourage peut vous aider mais il peut aussi être intéressant de recourir à des aides, mêmes de manière temporaire. N’hésitez pas à demander des renseignements sur ces aides au service social de votre ville ou au service social hospitalier.

Pensez à votre mutuelle

Votre mutuelle reste également un contact privilégié en cas d’hospitalisation. Vous pouvez les contacter en amont, dans le cas d’un séjour programmé ou quelques jours avant votre date de sortie afin d’anticiper au mieux votre retour et connaitre vos options. Suivant votre contrat et le motif de votre demande, elle pourra vous accompagner à la mise en place des services et une prise en charge financière pourra vous être accordée.

Mieux cibler vos besoins ? Réalisez votre diagnostic personnalisé en ligne

Lire l'article
Handicap
Seniors
Bénéficier d’avantages fiscaux
Tous savoir sur les avantages fiscaux.

Vous employez de l’aide à domicile

Bénéficier d’une réduction ou crédit d’impôt

Si vous faites appel à une aide à domicile, vous pouvez déduire 50% du montant de vos de dépenses de vos impôts. Si vous êtes non imposable, vous bénéficiez d’un crédit d’impôt : le Trésor Public vous adresse un chèque correspondant à ces 50%. Cela s’applique si vous employez directement une personne ou si vous payez une prestation auprès d’une entreprise. C’est également possible si, en tant qu’aidant, vous faites appel à un prestataire qui intervient à votre domicile auprès d’un proche en situation de dépendance.

Comment l’obtenir ?

L’URSSAF, le Centre nationale de traitement du chèque emploi service universel (CESU), ou votre prestataire de service vous fournit une attestation à conserver et précise les montants à reporter lors de votre déclaration d’impôt.

En raison d’une maladie invalidante, Élise, 32 ans, bénéficie d’une aide à domicile pour faire ses courses et l’aider dans l’entretien de son domicile. Au total, un organisme lui facture chaque année 6500 euros. Elle reçoit une aide sociale de 2000 €. Elle bénéficie d’une réduction d’impôts de 50% sur le montant de ses dépenses (6500 €) moins l’aide perçue (2000 €), soit 50% de 4 500 euros. Sa réduction fiscale s’élève à 2 250 euros.

  • Si le montant des impôts est de 3000 € d’impôt, Élise ne paiera plus que 3000 – 2250 = 750 €
  • Si le montant des impôts est de 1800 €, Élise ne paie pas d’impôt et touche un crédit d’impôt de 2250 – 1800 = 450 €.
  • Si Élise n’est pas imposable, le Trésor public lui adresse un chèque de 2250 €.

Être exonéré d’une partie des charges sociales

Si vous faites appel à une aide à domicile, vous pouvez déduire 50% du montant de vos de dépenses de vos impôts. Si vous êtes non imposable, vous bénéficiez d’un crédit d’impôt : le Trésor Public vous adresse un chèque correspondant à ces 50%. Cela s’applique si vous employez directement une personne ou si vous payez une prestation auprès d’une entreprise. C’est également possible si, en tant qu’aidant, vous faites appel à un prestataire qui intervient à votre domicile auprès d’un proche en situation de dépendance.

Si vous employez une aide à domicile et que vous lui versez un salaire, vous devez en plus verser des charges sociales à l’URSSAF. Parmi ces charges, vous pouvez être exonéré de la partie patronale des cotisations de sécurité sociale. Vous ne payez pas ces cotisations si :

  • Vous avez 70 ans et plus.
  • Votre foyer compte un enfant ouvrant droit au complément de l’allocation d’éducation enfant handicapé.
  • Vous avez 60 ans ou plus, êtes titulaire d’une carte d’invalidité à 80%, dans l’obligation de recourir à une tierce personne pour accomplir les actes de la vie courante.

Comment être exonéré ?

Cette exonération est automatique pour les personnes âgées de 70 ans et plus. Dans les autres cas, il faut en faire la demande auprès du Centre National du chèque emploi service universel (CNCESU).

Au moment du calcul de l’impôt sur le revenu

Être exonéré d’une partie des charges sociales

Certaines aides ne sont pas imposables. Elles ne sont pas prises en compte dans le revenu imposable. Pour les personnes en situation de handicap, ne sont pas imposées : l’Allocation Adulte Handicapé (AAH), la Prestation compensatoire du Handicap (PCH), l’Allocation d’Education de l’Enfant Handicapé… Pour les personnes âgées ne sont pas imposées : l’Allocation de Solidarité aux Personnes Agées, Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA)…

Obtenir une majoration de part

Le nombre de parts d’un foyer a un impact direct sur le montant des impôts. Augmenter ce nombre permet de diminuer ses impôts. C’est le cas lorsque vous-même ou une personne dont vous avez la charge, se trouve en situation de dépendance.

Comment l’obtenir ?

Au moment de la déclaration d’impôt, vous devez justifier d’une situation d’invalidité pour vous ou un de vos proches. Vous gagnez ainsi une demie-part.

Vous faites réaliser des travaux d’aménagement

Obtenir une réduction ou un crédit d'impôt

En installant un équipement conçu pour une personne âgée ou une personne en situation de handicap, vous pouvez bénéficier d’une réduction ou d’un crédit d’impôt. Cela concerne les équipements sanitaires, de sécurité et d’accessibilités au domicile principal. Les travaux doivent être effectués par un professionnel. Le crédit d’impôt est égal à 25% des dépenses engagées, comprenant l’achat de l’équipement et la main d’œuvre, dans la limite de 5 000 euros pour une personne seule et de 10 000 euros pour un couple, sur une période de cinq ans.

Comment l’obtenir ?

Lors de votre déclaration d’impôt, vous déclarez les montants à déduire. Vous devez demander et conserver une facture ou une attestation délivrée par l’entreprise ayant fourni et installé l’équipement.

Si vous ou votre proche résidez en maison de retraite médicalisée

Obtenir une réduction fiscale

Si vous ou votre proche du même foyer fiscal résidez en EHPAD, en Unité de Soins Longue durée (USLD) ou en Résidence Autonomie, vous pouvez bénéficier d’une réduction fiscale. Elle est égale à 25% des dépenses liées à la dépendance et à l’hébergement, déduction faite des aides perçues (APL, ASH, APA…). Cette réduction porte sur un montant de dépense plafonné à 10 000 euros, elle ne peut donc pas dépasser 2 500 euros.

Comment l’obtenir ?

Lors de votre déclaration d’impôt, vous déclarez les montants à déduire. Vous devez demander et conserver une facture ou une attestation délivrée par le lieu d’hébergement.


Alice, l’épouse de Jean, vit désormais en EHPAD, alors que Jean vit toujours à son domicile. L’établissement coûte 1890 euros par mois. En retirant les aides sociales (l’APA et l’APL), Jean doit payer un reste à charge de 1200 euros par mois, soit 14 400 euros par an. A la fin de l’année, Jean calcule le montant qui sera déduit de ses impôts. Sa réduction d’impôt est égale à 25% de 14 400 euros, soit 3600 euros.

Vous êtes aidant et vous accueillez une personne dépendante

Vous accueillez une personne de 75 ans ou plus, qui n’est pas votre conjoint ou votre parent. Cette personne dispose d’un revenu très modeste. Vous pouvez déduire de vos impôt une somme forfaitaire qui correspond aux avantages en nature que vous consentez à cette personne. Cette somme s’élève au maximum à 3500 euros.

Lire l'article
Seniors
Concilier logements indépendants et services
Logement en Résidence Services Senior : les types de logement que vous y trouverez, les services dont vous disposerez...

A quoi ressemble un logement en Résidence Services Senior ?

Ces résidences regroupent des logements indépendants pour seniors autonomes, seul ou en couple. L’environnement de vie est sécurisé et les occasions de sociabilité sont nombreuses. Des services collectifs sont proposés aux résidents. Ces résidences sont gérées par des structures privées commerciales ou associatives.

Les types de logement que vous y trouverez

Vous pouvez louer ou acheter un logement, qui vont du studio à la maison indépendante. Ces logements ont été dotés d’équipements accessibles prévenant le risque de chute. Vous pouvez meubler le lieu à votre goût ou bénéficier d’un aménagement complet. Souvent situées en ville, ces résidences sont à proximité de toutes les commodités. Envie de campagne ? Pensez au Villages Senior en milieu rural regroupant des maisons avec jardin privatif.

Les services dont vous disposerez

Tous les résidents bénéficient de services collectifs de base comme l’accueil, les services de sécurité, les espaces communs. D’autres services au choix vous sont proposés : restauration, soin du linge, esthétique, activités sportives et culturelles…

Et l’accès aux soins ?

Les Résidences Services Seniors ne sont pas des établissements médicalisés. Pour autant, il vous est tout à fait possible de bénéficier de soins de prestataires extérieurs. Les résidents sont libres de choisir leur médecin traitant. Ils peuvent faire appel au service de soins infirmiers à domicile. Une hospitalisation à domicile est également envisageable.

Quelle sera votre participation financière ?

Soit vous achetez votre logement, soit vous payez un loyer. Des charges de copropriété ou locatives sont dues selon le type de logement et d’équipements collectifs. A cela s’ajoute le paiement des différents services optionnels (forfait, abonnement, à la consommation…). Relevant du secteur privé, les résidences sont libres dans la fixation de leurs tarifs, il existe donc de grandes variations de prix en fonction de l’emplacement, des services...

Ne pas confondre avec…

Les résidences autonomie, autrefois appelées foyers logements, concilient aussi logements indépendants et espaces collectifs. D’un coût modéré, elles ont davantage une vocation sociale et sont gérées par des structures publiques ou à but non lucratif. Elles donnent accès au financement par l’ASH (Aide sociale à l’Hébergement).

Quelles sont les aides accessibles ?

En fonction de votre situation personnelle, vous pourrez bénéficier :

  • d’aides au logement : Aide personnalisée au logement (APL) et Allocation de logement social. Attention : vous ne pouvez pas toucher l’Aide sociale à l’hébergement (ASH)
  • de l’aide personnalisée à l’autonomie (APA) pour financer l’aide technique et humaine.

Les Résidences Services Seniors vous conviendront si vous privilégiez :

  • un logement aménagé pour anticiper les effets du vieillissement.
  • la mobilité géographique afin de vous rapprocher de vos proches ou d’un centre-ville mieux desservi et plus animé.
  • l’indépendance dans un logement individuel.
  • la sociabilité car vous vous sentez isolé et recherchez plus de convivialité.
  • la sécurité, un espace de vie avec une présence en cas de problème.
  • les services. Votre budget vous permet de financer des prestations de services qui vous facilitent la vie et occupent vos journées.

Lire l'article
Hospitalisation
Comment se passe la sortie d'hospitalisation ?
La sortie ne peut être décidée que par le médecin, mais l'hôpital respecte naturellement votre liberté.

Comment se passe la sortie d'hospitalisation ?

Après l'intervention, s'il n'y a pas de complications, le médecin hospitalier fixera une date de sortie et la secrétaire médicale préparera tous les documents nécessaires. Prenez le temps de tout vérifier et de poser des questions à votre médecin avant de quitter l'hôpital.

La sortie ne peut être décidée que par le médecin, mais l'hôpital respecte naturellement votre liberté. Si vous souhaitez quitter l’hôpital contrairement à l'avis médical, vous pouvez signer une décharge exonérant l'hôpital de toute responsabilité.

Quels sont les documents remis à la sortie de l’hôpital ?

Vous recevrez :

  • un « bulletin de sortie » en plusieurs exemplaires. Celui-ci devra être adressé au plus vite à votre Caisse Primaire d'Assurance Maladie, à votre employeur si vous êtes toujours en activités, afin de faire valoir vos droits et un autre pour vous. Ce document indique la durée de votre indisponibilité.
  • un arrêt de travail dans le cas où vous êtes toujours en activités. Sa durée varie en fonction du temps estimé de récupération. Si cela s'avère nécessaire, votre médecin traitant pourra décider de sa prolongation.
  • une ou des ordonnances en fonction de l'intervention : ordonnance médicamenteuse, ordonnance pour des fournitures (attelles...), ordonnance pour des soins (infirmiers, kinésithérapie...)

Conservez bien tous vos documents, ils peuvent vous être nécessaires en cas de transfert d’établissement, pour l’obtention d’aides médico-sociales, des prises en charge par les complémentaires santé etc.

Lire l'article
Seniors
Bénéficier de l'Allocation Personnalisée d'Autonomie – APA
L’APA est destinée à toute personne d’au moins 60 ans présentant une perte d’autonomie.

A quoi vous sert l’APA ?

L’APA est destinée à toute personne d’au moins 60 ans présentant une perte d’autonomie. Elle peut être utilisé pour financer des services d’aide, s’équiper, se déplacer, adapter son domicile, payer des séjours en accueils de jours...

Bon à savoir

L’APA peut aussi vous servir à payer le salaire de votre proche aidant (hors époux ou épouse, conjoint(e) ou pacsé(e)).

Comment pouvez-vous bénéficier de l’APA ?

Vous devez présenter un dossier auprès du Département qui gère l’APA. La procédure, qui dure environ 2 mois, peut être résumée en 5 grandes étapes.

Étape 1 : la demande du dossier

Elle se fait auprès du Centre communal d’action social de votre mairie ou du Conseil départemental. Le dossier est parfois téléchargeable sur le site de votre département.

Étape 2 : la constitution du dossier

Pour estimer vos ressources, les pièces les plus souvent demandées sont :

  • Un justificatif d’identité
  • La photocopie du dernier avis d’imposition à l’Impôt sur le revenu ou de non-imposition
  • La photocopie du dernier relevé de la taxe foncière sur le bâti et le non bâti
  • Un RIB ou RIP

Le Département doit confirmer le dépôt de votre dossier dans les 10 jours suivant sa réception.

Étape 3 : la visite d’évaluation

Dans les 30 jours suivant la réception du dossier, une équipe médico-sociale du Département se rend à votre domicile pour une visite d’évaluation. Le but est d’estimer votre degré de perte d’autonomie. Votre médecin traitant et un proche peuvent vous assister.

L’équipe étudie votre perte d’autonomie et vos besoins, votre environnement de vie, la présence d’aidants… Un barème GIR de 1 à 6 est établi selon la grille AGGIR. Plus le GIR est bas, plus l’APA sera importante.

Bon à savoir

Si votre GIR est égal à 5 ou 6, votre niveau de dépendance n’est pas suffisant pour recevoir l’APA. Adressez-vous à votre Caisse de retraite pour envisager d’autres possibilités d’aide.


Étape 4 : la réception et l’approbation de votre dossier

Dans les 30 jours, le Département vous propose un plan d’aide et précise l’aide financière si elle est accordée. Attention, vous avez 8 jours pour signer les documents et les renvoyer.

Étape 5 : la déclaration des services employés

Dès réception de l’aide, n’oubliez surtout pas de déclarer au Conseil départemental quels sont les services financés par l’APA. Tout changement doit être également notifié. En l’absence de déclaration, l’APA risque d’être suspendue.

Un calcul différent pour l’APA en structure d’hébergement de plus de 25 places

L’APA participe au financement du tarif dépendance dans les maisons de retraite médicalisées (EHPAD). Ce tarif varie selon le niveau de dépendance du résident. En fonction de vos revenus, une participation est demandée. Le reste est pris en charge par l’APA. Prenez rendez-vous auprès de la direction de l’établissement pour estimer votre reste à charge.

Lire l'article
Aidants
Seniors
Aide au maintien à domicile : quels critères d'éligibilité et comment en faire la demande ?
L’aide au maintien à domicile, le parfait compromis pour continuer à profiter de son indépendance...

Pour vous comme pour vos proches, l’aide au maintien à domicile représente le parfait compromis pour continuer à profiter de son indépendance tout en bénéficiant d’un cadre sécurisé. Quelles sont les aides sociales et financières dont vous pouvez bénéficier et comment instaurer un maintien à domicile serein ?


Qu'est-ce que l'aide au maintien à domicile ?

Rester à domicile le plus longtemps possible, c'est souvent le vœu de nos aînés. En 2020, les habitants âgés de 75 ans ou plus représentaient près d’un habitant sur dix, soit une hausse de 2,4 % en vingt ans, ce qui engendre une hausse des besoins liés à la dépendance. Heureusement, un certain nombre d’aides au maintien à domicile sont mises en place pour offrir à nos proches la possibilité de rester chez eux et accompagner au mieux les personnes en perte d’autonomie. Une première étape consiste à évaluer la situation de l’aidé et notamment sa perte potentielle d’autonomie avant de consulter les différents types de soutien à domicile possibles, en équipement ou en service.

Les équipements pour le maintien à domicile

Le logement d'un parent ou d'un proche âgé ne vous semble plus adapté à ses besoins actuels ? Vous pourrez accéder à des systèmes de prévention pour lutter contre les chutes et les accidents domestiques. Certains dispositifs tels que la téléassistance ou le financement d'aide auditive peuvent être mis en place. De quoi vous rassurer et offrir une sécurité supplémentaire à l’aidé dans son propre domicile.

Les services de maintien à domicile

Portage des repas, ménage mais aussi aide pour s’habiller ou faire sa toilette, soins infirmiers... autant de petits gestes qui peuvent améliorer le quotidien et permettre de profiter plus longtemps de son logement dans le cadre du maintien à domicile.


Quels sont les critères d'accès à l’aide au maintien à domicile ?

Selon les besoins, plusieurs types d’aide peuvent être accordés en fonction de critères variés.

Pour se faire aider dans les gestes de la vie quotidienne

L’allocation personnalisée à l’autonomie (APA) est une aide au maintien à domicile dispensée par le Conseil général de son département de résidence. Pour y accéder, il faut être âgé de 60 ans ou plus, résider en France de façon stable et régulière, et avoir un degré de perte d'autonomie évalué comme relevant du GIR 1, 2, 3 ou 4 par une équipe de professionnels du conseil départemental. L’aide peut prendre la forme d’un salaire ou d’un dédommagement pour l’aidant, d’une aide au repas ou à la toilette. Le montant dépendra des ressources du demandeur.

Pour l'aide aux repas

Si l’aidé ne perçoit pas l’APA et qu’il est âgé de plus de 65 ans (ou plus de 60 ans inapte au travail) il peut s’adresser au Centre communal d'action sociale (CCAS) pour bénéficier d’une aide aux repas, en portage à domicile ou dans un foyer restaurant si son autonomie le permet. Le montant de cette aide aux personnes âgées à domicile varie selon les ressources et est fixé par département.

Pour accéder à l'assistance technique dans le cadre de l’amélioration de l’habitat

Un éventail de dispositifs est proposé pour effectuer les travaux et aménagements du domicile nécessaires. L’Agence nationale de l’habitat (ANAH) aide les propriétaires occupants âgés de plus de 60 ans et subissant une perte d’autonomie pour installer un sol non glissant ou des barres d’appui par exemple.

Action Logement propose une aide au maintien à domicile à toute personne de plus de 70 ans du secteur privé à revenu modeste et subissant une perte d’autonomie. Elle offre un soutien financier pour les travaux d’aménagement de la salle de bain ou des sanitaires par exemple.

L’Aide pour bien vieillir chez soi de la Caisse nationale d'assurance vieillesse s’adresse quant à elle à tous les retraités de la fonction publique ou du régime général âgés de plus de 55 ans. Certains travaux peuvent également être pris en charge par l’APA ou la Prestation de compensation du handicap, à l’inverse, ces dernières excluent l’accès aux autres aides.


Comment faire sa demande d'aide au maintien à domicile ?

Commencez par faire une demande d’APA en vous procurant un formulaire auprès des services du département, de votre mairie (CCAS), ou d'un point d'information local dédié aux personnes âgées. Il vous faudra réunir les pièces suivantes :

  • la photocopie du livret de famille
  • une pièce d’identité
  • le dernier avis d'imposition (ou de non-imposition) sur le revenu
  • la photocopie de votre dernier avis de taxe foncière pour les propriétaires
  • un relevé annuel d'assurance vie
  • un RIB
  • éventuellement un certificat médical et un justificatif de domicile selon les départements

Une fois votre dossier envoyé à l’adresse indiquée dans le formulaire, les services du département ont dix jours pour accuser réception. Un professionnel de l'équipe médico-sociale se déplace alors à domicile pour évaluer le niveau de perte d’autonomie (selon la grille AGGIR) et la situation des proches. La décision est rendue dans les deux mois après réception du dossier complet. Une allocation forfaitaire d’aide au maintien à domicile peut être attribuée provisoirement si votre situation présente un caractère d'urgence.

Si les conditions ne sont pas réunies pour obtenir l’APA, adressez vous à la Caisse d’assurance retraite, au CCAS et aux différents organismes d’aide au logement cités. Enfin, vous pourrez faire appel vous-même à un auxiliaire de vie auprès d’une association dont vous trouverez la liste au CCAS de votre mairie. Il vous faudra cependant le rémunérer vous-même.

Découvrez la solution d’aide au maintien à domicile qui vous ressemble en répondant à quelques questions sur notre plateforme Proche des aidants. Notre Assurance dépendance est légalement apte à protéger vos proches pour éviter que la perte d’autonomie ne devienne une fatalité.

Bien sûr, il se peut que le maintien à domicile s'avère difficile à mettre en place, il vous faudra alors opter pour une autre solution, demander un congé aidant ou choisir un établissement spécialisé afin d'accompagner au mieux votre ou vos proches.


Lire l'article
Aidants
APA : l'allocation personnalisée d'autonomie en question
Lorsque nos proches perdent en autonomie, nous souhaitons de préférence les maintenir le plus longtemps à domicile..

Lorsque nos proches perdent en autonomie, nous souhaitons de préférence les maintenir le plus longtemps à domicile dans leur environnement familier. C'est dans ce but qu'apparaît en 2001 l'APA : l'allocation personnalisée d'autonomie. Allocation incontournable puisqu'elle conditionne souvent l'accès à d'autres types d'aides, l'APA mérite d'être étudiée de près. Vous pourrez ainsi mieux cerner vos besoins et ceux de vos proches et déterminer si le recours à l’APA est adapté.



Qu’est-ce que l’APA ?

APA ou Allocation Personnalisée d'Autonomie a deux missions essentielles :

  • Permettre aux personnes en situation de dépendance de rester à leur domicile.
  • Aider les personnes admises en EHPAD à payer une partie du tarif dépendance.

Il y a trois conditions pour obtenir l'allocation personnalisée d'autonomie :

  • Le lieu de résidence doit être fixé en France, soit à domicile, soit en établissement.
  • Seules les personnes de soixante ans et plus y ont accès.
  • Le degré de perte d’autonomie doit être évalué par une équipe de professionnels et relever d’un niveau GIR 1, 2, 3 ou 4 selon la grille AGGIR (Autonomie Gérontologique et Groupe Iso Ressources). Cette dernière permet de mesurer le degré de perte d’autonomie des personnes concernées.


Pourquoi l'APA est-elle une aide avantageuse ?

Si l'allocation personnalisée d'autonomie peut parfois s'avérer insuffisante pour couvrir tous les frais inhérents au maintien à domicile de vos proches, elle s'accompagne de deux avantages cumulables qui peuvent aider à une meilleure prise en charge des dépenses.

  • Un avantage social : une exonération de la part patronale des cotisations de la Sécurité sociale.
  • Un avantage fiscal : un crédit d'impôt pouvant aller jusqu'à 50 % des dépenses non couvertes par l'APA.

Par ailleurs, les dépenses considérées par l'APA sont contenues dans un plan d'aide qui couvre un grand nombre de besoins, pouvant aller du salaire des aides à domicile au matériel nécessaire pour assurer la sécurité et le confort de l'aidé, en passant par des fournitures pour l'hygiène ou encore les dépenses de transport et le le portage des repas. C'est à ce titre une allocation qui s'adapte à des situations très variées. Cette plasticité en fait une aide cruciale dans le maintien à domicile des personnes âgées. Elle permet également de mieux accueillir et prendre en charge les personnes dépendantes placées en Ehpad.


Que faut-il considérer avant de faire sa demande d'APA ?

Proche et aidant familial, un double rôle

La règlementation concernant l'allocation personnalisée d'autonomie autorise les aidants familiaux (hors conjoints, concubins et partenaires pacsés) à percevoir un salaire de la part du proche aidé. Si cela paraît logique au regard de l'investissement quotidien que représentent les soins à apporter à une personne âgée en situation de dépendance, il n'en demeure pas moins que le choix de devenir l'employé d'un proche demande une réflexion préalable.

Un délai d'attente à prendre en compte

Vous devrez d'abord obtenir un dossier de demande de l'APA auprès du siège du conseil départemental (ex-conseil général), des centres communaux ou intercommunaux d'action sociale, ou encore des centres locaux d'information et de coordination (CLIC) pour ne citer qu'eux.

Le dossier constitué est ensuite adressé au président du Conseil départemental. Ses services disposent alors de dix jours pour émettre un accusé de réception. Ceci sert de point de départ au délai de deux mois accordé au président du Conseil départemental pour rendre sa décision. Lorsque l'urgence requiert la mise en place de l'allocation personnalisée d'autonomie, celle-ci peut être accordée, à titre provisoire, à hauteur de 50 % de l'aide maximale envisagée.

Une aide financière sous conditions

Le montant de l'APA est défini selon la grille AGGIR en fonction du degré de dépendance et des ressources du demandeur. Le calcul prend également en compte les revenus déclarés figurant sur le dernier avis d'imposition, les produits de placement à revenu fixe, les biens hors résidence principale et les capitaux ni placés ni exploités.

L'allocation maximale d'un aidé GIR 1 disposant de revenus moyens ira de 1500 à 1700 € mensuels, par exemple. Si ce montant est insuffisant pour financer la totalité des services de maintien à domicile, le reste à charge sera dû par le demandeur.

En anticipant les bonnes questions, l'APA est un vrai atout qui permet le maintien à domicile de vos aînés dans des conditions optimisées. Elle prend également en compte la charge psychologique assumée par les aidants et reconnaît le caractère indispensable de leurs interventions quotidiennes. Pour des informations personnalisées, nous vous invitons à remplir notre questionnaire ou bien à prendre contact avec un des conseillers de notre cellule d'aidance. N'hésitez pas enfin à consulter l'article sur le droit au répit, qui vous permettra d'en apprendre davantage sur les mesures qui facilitent vos congés d'aidant.

Lire l'article
Handicap
Adulte en situation de handicap, les principales démarches
Lorsque le Handicap se manifeste à l'âge adulte, il peut avoir un fort impact sur la vie professionnelle.

Les aides financières principales

L’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH)

Elle est destinée à assurer aux personnes handicapées un minimum de ressources. Elle est versée par les CAF ou les caisses de Mutualité Sociale Agricole, elle est accordée sur décision de la CDAPH (Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées) des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH). Elle est soumise à condition d’éligibilité que sont l’âge (plus de 20 ans), le degré de handicap et le niveau de ressources.

La Prestation de Compensation de Handicap (PCH)

La PCH est attribuée aux personnes en situation de handicap ne pouvant pas réaliser certaines tâches de la vie quotidienne ou avec difficulté. C’est une aide financière qui permet de faire face aux dépenses liées au handicap.

A savoir : La PCH et l’AAH peuvent se cumuler. En revanche, la PCH n’est pas cumulable avec l’APA (allocation personnalisée d’autonomie). En cas d’éligibilité aux deux dispositifs, il est intéressant de faire le point avant de réaliser votre demande.

 

L’adaptation du logement

Une baignoire inaccessible, un placard trop haut, un manque d’appuis : des travaux d’aménagement ou l’achat d’équipements peuvent être indispensables pour faire face à certains handicaps. Quelle que soit votre situation vous pouvez bénéficier d’une aide pour aménager ou équiper le mieux possible votre logement. Par exemple, grâce à l’aide financière “Habiter facile” de l’ANAH, vous pouvez effectuer des travaux et être accompagné durant cette phase.

 

L’accompagnement à l’emploi

La Reconnaissance de la Qualité du Travailleur Handicapé (RQTH)

Il s'agit d'un dispositif permettant l'accès à différentes mesures qui visent à favoriser l'insertion professionnelle des personnes handicapées. Elle ouvre notamment des droits à des stages de réadaptation ou des contrats d’apprentissage, à un aménagement des horaires de travail et du poste, ou encore à un accompagnement dans les démarches de recherche d'emploi.

Les structures spécialisées

En fonction du type et du degré de handicap, le maintien de l’emploi en milieu dit ordinaire peut ne pas être adapté. Il existe des entreprises spécialisées dans l’accueil et l’accompagnement des travailleurs en situation de handicap comme les ESAT (Etablissements et Services d’Aides par le Travail) ou les EA (Entreprises Adaptées).

 

La mobilité

La carte mobilité inclusion. Elle permet de faciliter les déplacements de la vie quotidienne. Trois mentions coexistent concernant la carte.

1.  « Invalidité » destinée aux personnes ayant un taux d’incapacité supérieur ou égal à 80%.

2. « Priorité pour personnes handicapées » pour les personnes ayant un taux d’incapacité inférieur à 80% mais qui ont des difficultés à se maintenir debout.

3. « Stationnement pour personnes handicapées » attribuée aux personnes ayant des difficultés à se déplacer à pied sur de grande distance ou nécessitant la présence d’un accompagnant dans les déplacements.

Lire l'article
Aidants
Handicap
Seniors
Aménagement du domicile : quelles solutions pour les personnes âgées ou handicapées ?
Pour que votre proche en perte d’autonomie puisse continuer à profiter de son logement en toute sérénité, un aménagement de son domicile est souvent nécessaire.

Pour que votre proche en perte d’autonomie puisse continuer à profiter de son logement en toute sérénité, un aménagement de son domicile est souvent nécessaire, en plus du recours à des services d'aide à la personne. Afin de rendre l'habitation de la personne aidée plus confortable et sécuritaire, plusieurs solutions et équipements peuvent être déployés.

Pourquoi faire appel à un professionnel de l'aménagement du domicile ?

Pour qu'il soit mis en œuvre de façon optimale, l'aménagement du domicile d'une personne en perte d'autonomie nécessite certaines connaissances. En effet, les choix concernant l'emplacement d'une barre de maintien, la hauteur d'un évier ou les dimensions d'ouverture d'une porte ne se font pas au hasard. Il faut prendre en considération les habitudes, les caractéristiques et les difficultés de la personne, afin de placer les équipements exactement au bon endroit, et leur donner les bonnes mesures.

Pour vous aider, il est préférable de faire appel à un professionnel. Une société spécialisée dans l'aménagement du domicile procédera à la réorganisation du logement de votre proche avec des équipements et des matériaux adaptés, tout en respectant les normes en vigueur en matière d'accessibilité.

Vous pouvez aussi avoir recours à un ergothérapeute pour l'aménagement du domicile. Ce professionnel de santé expert en réadaptation repensera le logement de votre proche dans le but de faciliter la réalisation de ses actes quotidiens, tout en tenant compte de ses possibilités et de ses choix de vie. Vous pourrez trouver un ergothérapeute en vous adressant au CICAT (centre d’informations et conseils en aides techniques) le plus proche de chez vous, ou en consultant un annuaire des professionnels de santé.

Quel budget prévoir ? Existe-t-il des aides à l'aménagement du domicile ?

Que ce soit pour l'aménagement du domicile d'une personne âgée ou d'une personne en situation de handicap, le budget à prévoir dépendra de la surface de l'habitation, du type d'équipement à installer et des éventuels travaux à effectuer. À titre d'exemple, le prix moyen d'un monte-escalier droit est de 4 750 €, et le tarif d'un ascenseur PMR avoisine les 12 000 €.

Pour vous permettre de financer la réorganisation du logement de votre proche aidé, des aides à l'aménagement du domicile existent. Concernant une personne âgée, vous pouvez notamment solliciter :

  • l’Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat - ANAH (qui accorde une aide aux travaux d’amélioration du logement) ;
  • le conseil départemental (qui délivre l'APA - allocation personnalisée à l'autonomie) ;
  • Action logement (qui peut verser une aide pour aménager la salle de bain).

Le saviez-vous ? Pour rendre les activités quotidiennes de votre proche aidé plus agréables, vous pouvez également louer du matériel médical, comme un siège de douche ou un déambulateur.

Vous souhaitez connaître plus en détail les aides envisageables et les professionnels à consulter pour aménager le domicile d'un proche en perte d'autonomie ? Remplissez notre questionnaire pour accéder à nos solutions. Si vous le désirez, vous pourrez être recontacté par l'un des conseillers de notre cellule d'aidance.


Lire l'article
Aidants
Seniors
Aides au quotidien pour les personnes âgées : quels services existent ?
Soutenir vos aînés au quotidien tout en soufflant dans votre rôle d’aidant.

Pour vous accompagner dans votre engagement auprès d’un proche en situation de dépendance, sachez qu’il existe plusieurs services d’aide à la personne âgée. Ils permettent de soutenir vos aînés au quotidien et vous donnent l’occasion de souffler dans votre rôle d’aidant.

Quelles aides au quotidien pour les personnes âgées ?

Il existe différents services d’aide aux personnes âgées, quels que soient leur situation, leur état de santé et leur degré d’autonomie. Ils peuvent être gérés par des entreprises commerciales, des associations ou par des centres communaux d'action sociale ou CCAS.

L'aide à domicile

Pour aider un aîné au quotidien, vous pouvez engager une aide pour personne âgée qui interviendra à domicile. L’aide-ménagère peut accomplir les tâches d’entretien comme le ménage et le petit bricolage, ainsi que la préparation des repas. L’auxiliaire de vie assistera votre proche âgé dans ses gestes au quotidien : dans la salle de bain pour sa toilette, au lever et au coucher, et lors de la prise des repas. Le Conseil départemental peut verser une aide sociale appelée aide-ménagère à domicile pour financer cette prestation. Elle est destinée aux personnes âgées qui ne bénéficient pas de l'Allocation personnalisée d'autonomie ou APA.

Le portage de repas

Le service de portage de repas à domicile est une aide précieuse pour vos proches âgés : il leur permet de suivre un régime alimentaire équilibré sans avoir à cuisiner. Les plateaux sont livrés plusieurs fois par semaine. Les menus sont spécialement concoctés pour répondre aux besoins nutritionnels des personnes âgées. Cette prestation d'aide aux personnes âgées peut être proposée par des entreprises privées, des organismes associatifs de service à la personne ou par certaines communes. Elle peut être financée par l'APA ou financée en partie par certaines communes en fonction des ressources du bénéficiaire.

La téléassistance

Ce service d'aide à la personne âgée est fourni par des prestataires privés et géré à distance. Il vous permet de rester en contact avec vos proches âgés qui vivent seuls dans leur domicile. Grâce à un bouton d’alarme, ils peuvent appeler directement la centrale d’assistance afin de se faire aider en urgence, en cas de malaise par exemple. Des fonctions plus sophistiquées préviennent le téléopérateur en cas de chute ou d’immobilité inhabituelle. Ce dernier peut alors vous alerter ou avertir vos voisins, vos proches ou même les secours si nécessaire. Sachez que certains départements et communes peuvent participer sous certaines conditions aux frais d’installation ou aux frais d’abonnement de téléassistance.

La livraison de médicaments

Si vous manquez de temps ou si votre proche âgé éprouve des difficultés pour se rendre à la pharmacie, cette aide à la personne et aux aidants est une option intéressante. Elle vous permet d'envoyer la photo ou le scan de l'ordonnance et des autres documents de santé en ligne et d'effectuer une commande auprès de votre pharmacie. Un coursier s'occupe ensuite de la récupération et de la livraison des médicaments. Un facteur peut également récupérer l'ordonnance, la carte vitale et la carte de mutuelle chez vous ou au domicile de votre proche. Ces documents doivent être insérés dans une enveloppe scellée pour garantir le secret médical. Ils sont ensuite donnés à la pharmacie. Quelle que soit la formule choisie, vous récupérez vos médicaments prescrits et les documents qui les accompagnent dans un paquet opaque et scellé, sans avoir à vous déplacer.

La visite de lien social

Effectuée par un facteur une ou plusieurs fois par semaine, cette visite vous permet d’être rassuré sur l’état de votre proche âgé qui bénéficie d’une présence régulière et familière. Pendant la visite, le facteur discute avec votre proche et vous transmet à chaque fois un compte-rendu.

Grâce aux services d’aide, votre proche âgé bénéficie d’une assistance bienveillante au quotidien. En même temps, vous gagnez en sérénité, car les services sont prodigués par des aidants professionnels.

Quels services de soins pour faciliter le quotidien des personnes âgées à domicile ?

Différents dispositifs de soins à domicile permettent d'offrir un environnement familier beaucoup plus rassurant pour vous-même et vos proches âgés.

Les services de soins infirmiers à domicile - SSIAD

Réservés aux personnes âgées en situation de handicap ou atteintes d'une maladie chronique, les SSIAD sont réalisés sur prescription médicale. Ce type de soins inclut le nursing (des soins d’hygiène et de confort comme l'aide à la toilette ou à l'habillage) et les soins infirmiers (administration de médicaments, pansements, injections). Grâce aux SSIAD, vos proches aînés peuvent éviter l’hospitalisation et l’entrée précoce dans un établissement d’hébergement.

L’hospitalisation à domicile - HAD

Elle a pour objectif d’éviter l’hospitalisation avec hébergement, ou bien de la raccourcir. Grâce aux services de HAD, votre proche âgé bénéficie de tous les soins qu’il aurait reçus à l’hôpital, même les actes les plus complexes. La coordination est assurée entre les différents professionnels médicaux et sociaux pour assurer son bien-être. La prise en charge de ce service d’aide pour personne âgée est exactement la même que pour l’hospitalisation.

Les services polyvalents d'aide et de soins à domicile - SPASAD

Ils combinent à la fois des soins infirmiers (SSIAD) et des services d'aide à domicile. C'est une seule et même équipe qui assure la coordination des intervenants ainsi que le suivi de votre proche âgé. Vous n'avez qu'un seul interlocuteur, ce qui vous facilite les démarches. Les deux volets (médical et ménager) restent cependant distincts, car le SSIAD nécessite toujours une prescription médicale. La prise en charge des deux volets obéit aux mêmes règles que le SSIAD et l’aide à domicile.

Lire l'article

Nos recommandations en quelques clics

Nous vous recommandons les établissements, services et autres solutions
adaptées à vos besoins proches de chez vous.
Je consulte l'annuaire

Nos expertises

Nous sommes issus de l'aliance des grandes
mutuelles françaises

Grâce aux expertises de ces acteurs majeurs de la santé, nous pouvons
vous offrir des services de qualité.